Élections en Thaïlande : veillée d'armes tendue à Bangkok

le
0
Une manifestante à Bangkok, le 1er février.
Une manifestante à Bangkok, le 1er février.

"La place du Tertre" au pays du Siam. L'opposition thaïe a promis de transformer le coeur de Bangkok en "Montmartre" pour bloquer les élections de dimanche. Le mouvement organisera un "pique-nique géant" dans les rues de la capitale pour défier la Première ministre Yingluck Shinawatra, qui mise sur ce scrutin pour sortir de l'impasse. "Si ces partisans nous empêchent de pique-niquer pacifiquement dans les rues, le monde saura qu'ils cherchent la violence", a déclaré le leader des insurgés, Suthep Thaugsuban. Une formule bucolique qui camoufle une détermination redoublée pour faire chuter le "clone" de Thaksin, l'homme qui divise toujours le Siam depuis sa chute en 2006. "L'opposition lance l'assaut final contre le clan Thaksin", explique au Point.fr Kriengsak Chareonwongsak, ancien dirigeant du Parti démocrate et enseignant à Harvard.

Les troupes rurales venues du Sud campent dans la capitale à tour de rôle depuis novembre, avec l'appui de la bourgeoisie traditionnelle "jaune" de Bangkok et le soutien discret de grands groupes industriels. "Avec quatre amies, nous préparons des centaines de sandwichs que nous irons livrer à la manifestation. C'est notre devoir de soutenir le mouvement pour en finir avec le régime Thaksin", explique Sirima, chef d'entreprise issue d'une bonne famille de la capitale. Depuis trois mois, le petit peuple de Bangkok vit dans la rue au rythme des discours enflammés de Suthep, suivant en direct la "révolution" en marche sur des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant