Elections en Polynésie : Gaston Flosse largement vainqueur

le
0
Elections en Polynésie : Gaston Flosse largement vainqueur
Elections en Polynésie : Gaston Flosse largement vainqueur

Les résultats définitifs des élections territoriales en Polynésie française sont tombés ce mardi (lundi soir localement). Ils confirment ceux d'hier, accordant 45,11% des suffrages à la liste autonomiste de Gaston Flosse.

Ce dinosaure politique, âgé aujourd'hui de 82 ans, vieil ami de Jacques Chirac, est ainsi assuré d'être élu président fin mai, une fois que les conseillers territoriaux auront désigné le président de leur Assemblée - poste auquel le dauphin de Flosse, Edouard Fitch, est pressenti. Il retrouvera ainsi un siège qu'il a déjà occupé de 1991 à 2004, puis en 2004.

Le ministre français de l'Outre-mer, Victorin Lurel, l'en a félicité lundi (dimanche localement) à l'issue des résultats provisioires, assurant que «le gouvernement français travaillera avec les élus démocratiquement choisis par les électeurs polynésiens».

Crise économique en vue

Selon le décompte arrêté des 233 bureaux de votes des 48 communes de la collectivité, la liste de son rival de toujours, l'indépendantiste Oscar Temaru, est arrivée deuxième, avec 29,26% des voix. Celle de A Ti'a Porinetia de Teva Rohfritsch, juste derrière, a obtenu 25,63% des suffrages. Le taux de participation est de 72,79%.

Ces élections territoriales, en scrutin de listes, permettent d'élire 57 représentants à l'Assemblée de la Polynésie française. Avec la forte prime majoritaire (19 sièges) attribuée au vainqueur pour assurer une stabilité politique à la Polynésie qui a connu 13 gouvernements en 9 ans, le parti de Gaston Flosse, le «Tahoeraa Huiraatira», disposera désormais de 38 sièges, contre 11 sièges à l'UPLD de Temaru et 8 sièges à A Ti'a Porinetia.

En tant que futur président, Gaston Flosse doit se s'attaquer à la grave crise économique et sociale qui affecte cette collectivité à la très large autonomie, où il n'existe pas d'assurance chômage alors que le chômage touche entre 20 et 30% de la population.

VIDEO. Le...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant