Elections en Espagne : les «Indignés» aux portes de Barcelone et de Madrid

le , mis à jour le
0
Elections en Espagne : les «Indignés» aux portes de Barcelone et de Madrid
Elections en Espagne : les «Indignés» aux portes de Barcelone et de Madrid

C'est une forte poussée des «indignés» qui sonne comme un avertissement pour l'establishment politique espagnol à quelques mois des élections législatives. Résultats les plus marquants des élections régionales et municipales qui se tenaient ce dimanche, une liste issue du mouvement des «Indignés» et intégrée par l'antilibéral Podemos, est arrivée en tête aux élections pour la mairie de Barcelone, et une autre, de la même tendance, deuxième à Madrid avec des chances d'être élue, selon des résultats officiels partiels.

Les régionales et les municipales pourraient donc redessiner le paysage politique national, dominé par la droite, avec l'arrivée de nouveaux partis et d'une génération d'«Indignés». «C'est la première fois que nous votons avec enthousiasme», confiait ainsi Eva Quintas, 32 ans, venue déposer un bulletin pour l'antilibéral Podemos dans le centre de Madrid. Dans le quartier très huppé jouxtant le grand parc du Retiro, c'était au contraire la «peur de la gauche radicale», qui dominait selon Paco, vendeur de journaux écoutant avec une neutralité feinte les commentaires des électeurs quittant un bureau de vote proche.

Barcelone et Madrid près de basculer

A Barcelone, la liste de la militante anti-expulsions Ada Colau est en tête devant celle du maire sortant Xavier Trias, un nationaliste conservateur. Elle obtient onze sièges, contre dix pour les nationalistes conservateurs de CiU, cinq pour le nouveau parti Ciudadanos (centre droit) et quatre pour le Parti socialiste catalan (PSE). Devant des militants euphoriques, Ada Colau, 41 ans, qui hésitait encore à l'automne 2014 à se lancer dans l'arène politique, a déclaré en pleurs qu'avec sa liste, «l'espoir» l'avait emporté : «La citoyenneté a gagné, l'espoir a gagné, le désir de changement a vaincu la campagne de la peur, de la résignation, et avec ça c'est nous tous qui gagnons, surtout Barcelone»..

A Madrid, la liste de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant