Élections en Allemagne : Peer Steinbrück, l'homme qui mettait les pieds dans le plat

le
0
Peer Steinbrück est à la traîne dans les sondages face à Angela Merkel, donnée archifavorite.
Peer Steinbrück est à la traîne dans les sondages face à Angela Merkel, donnée archifavorite.

Certaines armes sont à double tranchant. Choisi pour son franc-parler, censé révéler la "mièvrerie" des propos de sa principale adversaire, Peer Steinbrück doit aujourd'hui se mordre les doigts d'avoir dit tout haut certains mots qu'il aurait dû garder en privé.Le candidat social-démocrate (SPD) pour les législatives du 22 septembre a en effet soulevé plusieurs polémiques importantes lors de sa campagne électorale. En déclarant qu'Angela Merkel bénéficiait "d'un avantage de popularité chez les femmes", il s'est mis à dos une bonne partie de l'électorat féminin. Quand il a expliqué que le poste de chancelier n'était pas assez rémunéré avec ses 17 000 euros mensuels alors même qu'il avait 1,25 million d'euros pour animer des conférences organisées par de grands groupes, il a choqué une bonne partie de son électorat traditionnel. Et lorsqu'il a jugé que le manque de passion d'Angela Merkel pour la cause européenne pouvait être une conséquence de ses longues années passées en République démocratique allemande, il a provoqué l'ire des anciens "Ossies". Le chef du groupe parlementaire du parti d'extrême gauche Die Linke et ancien membre du parti socialiste de RDA (SED), Gregor Gysi, n'a ainsi pas pu retenir sa colère en déclarant que "Peer Steinbrück ne comprenait strictement rien à l'Est". La claque de 2005

Peer Steinbrück est pourtant un "pro" de la politique. Né à Hambourg en 1947, le petit neveu d'Adelbert Delbrück, l'un des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant