Élections en Allemagne : les pièges qui attendent le futur chancelier

le
0
Les affiches de campagne d'Angela Merkel (Union chrétienne-démocrate) et de son challengerPeer Steinbrück (social-démocrate).
Les affiches de campagne d'Angela Merkel (Union chrétienne-démocrate) et de son challengerPeer Steinbrück (social-démocrate).

À force d'envoyer la poussière sous le tapis, on finit par devoir faire un énorme ménage... De la même manière, si l'Allemagne continue d'adopter la méthode Coué en refusant de régler les problèmes qui s'accumulent, son modèle sera fortement mis à mal dans les prochaines décennies. Vieillissement de la population, grogne sociale, investissements trop faibles, productivité en berne, essoufflement de ses principaux marchés, coût de sa transition énergétique... De nombreux clignotants sont à l'orange depuis quelques temps et le prochain chancelier ferait bien de s'attaquer à ses dossiers avant que les feux ne deviennent rouges.Un pays de vieuxLa République fédérale est assise sur une véritable bombe démographique. Depuis les années 1970, son taux de fécondité ne dépasse par 1,4 alors que le nombre d'enfants par femme en âge de procréer devrait atteindre au moins 2,1 pour assurer le renouvellement des générations. Ainsi l'an dernier, le pays a enregistré 869 582 décès pour seulement 673 570 naissances, selon l'Institut allemand de statistiques (Destatis). Notre voisin abrite en conséquence la population la plus vieille d'Europe. À peine 13,5 % de la population est âgée de moins de 15 ans alors que 20,4 % des 81,8 millions d'Allemands ont plus de 65 ans. Ce vieillissement pèse déjà sur les comptes publics puisque 2,3 millions de retraités de plus de 75 ans sont dépendants. Un chiffre qui devrait atteindre 3,4 millions dès 2030. Cette...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant