Elections en Afrique du Sud: la large victoire de l'ANC confirmée, l'opposition progresse

le
0
Elections en Afrique du Sud: la large victoire de l'ANC confirmée, l'opposition progresse
Elections en Afrique du Sud: la large victoire de l'ANC confirmée, l'opposition progresse

Le président sud-africain Jacob Zuma a dédié samedi soir la nette victoire de l'ANC, le parti au pouvoir, aux législatives du 7 mai, à l'ancien président récemment décédé Nelson Mandela.

«Nous dédions notre victoire à la mémoire de Madiba (surnom affectueusement donné à Nelson Mandela)», a déclaré M. Zuma, dans sa première allocution publique après l'annonce des résultats officiels donnant à l'ANC une large majorité (62,15%) aux législatives.

«Nous faisons la promesse de poursuivre son héritage», a-t-il ajouté, vingt ans jour pour jour après celui où Mandela est devenu le premier président noir d'Afrique du Sud.

«La victoire confirme aussi que l'ANC demeure le seul espoir pour la majorité de notre peuple, en particulier les pauvres et la classe ouvrière», a insisté M. Zuma.

Selon lui, cette victoire confère à l'ANC, qui était le parti de M. Mandela, un «devoir écrasant».

C'est la cinquième victoire de l'ANC depuis la fin du régime d'apartheid, en légère baisse par rapport à 2009 (65,9%).

Le scrutin a assuré une nette majorité avec 249 sièges sur 400 à l'ANC.

22,22% des voix pour le principal parti d'opposition

Derrière l'ANC, le principal parti d'opposition, l'Alliance démocratique (DA, libérale) a récolté 22,22% des voix, (89 sièges) contre 16,66% en 2009, un score en-deça de ses espérances mais conforme, comme celui de l'ANC, aux prévisions des sondages. En revanche, les Combattants pour la liberté économique (EFF), le nouveau parti radical du jeune tribun Julius Malema, font beaucoup mieux que prévu avec 6,35%, dépassant largement la barre symbolique du million de suffrages.

Les 26 autres partis en lice aux législatives se partagent moins de 10% des suffrages. En quatrième position, on trouve le Parti Inkatha de la liberté (IFP) du dirigeant zoulou Mangosuthu Buthelezi, avec 2,40%.

Parmi les grands perdants du scrutin figure Cope, un parti issu d'une scission de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant