Elections départementales 2015 : Sarkozy en passe de transformer l'essai

le
0
Elections départementales 2015 : Sarkozy en passe de transformer l'essai
Elections départementales 2015 : Sarkozy en passe de transformer l'essai

Grand vainqueur du premier tour des élections départementales, Nicolas Sarkozy entend ce soir accrocher son premier succès depuis son retour à la tête de l'UMP il y a quatre mois. Dimanche dernier, l'alliance UMP-UDI est arrivée nettement en tête des résultats (29,39%), devant le FN (25,24%), le PS est ses alliés (21,8%).

Une victoire permettrait à l'ancien président de la République de sortir l'UMP une bonne fois pour toutes de la tempête qu'elle a traversée pendant plus de deux ans. Lui prendrait un temps d'avance sur ses adversaires en vue de la primaire à droite en 2016.

L'UMP campe sur le «ni-ni». Pas question de changer une formule qui marche. A l'UMP, tout le monde ou presque s'est rangé derrière la règle imposée par Nicolas Sarkozy : le «ni-ni», ni Front national, ni PS. Autrement dit, pas de consigne de vote là où la droite est éliminée. D'autres part, les candidats de la droite qualifiés se sont maintenus dans les triangulaires, même là où les chances de victoire du FN sont réelles. Le hic, c'est que le partenaire de l'UMP dans cette élection n'est pas sur la même ligne. L'UDI, par la voix de son président Jean-Christophe Lagarde, a appelé à «faire barrage au Front national», en cas de duel avec la gauche au second tour. Ce qui n'a pas perturbé Sarkozy : «C'est normal d'avoir des différences, ce qui compte, c'est de construire des alternances.»

Inverser la tendance face au PS. La droite espère diriger au moins un vingtaine de départements de plus, elle qui en administre 40 aujourd'hui. Elle ambitionne notamment de conquérir des bastions de la gauche comme les Bouches-du-Rhône, les Côtes d'Armor, mais aussi l'Isère, les Pyrénées-Orientales, sans compter la très symbolique Corrèze, terre d'élection de François Hollande. «L'alternance est en marche, rien ne l'arrêtera», a promis Nicolas Sarkozy au soir du premier tour. La droite est en position de force au second tour. Sur les 1905 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant