Elections départementales 2015 : pour les candidats, le jour le plus long

le
0
Elections départementales 2015 : pour les candidats, le jour le plus long
Elections départementales 2015 : pour les candidats, le jour le plus long

Ce soir, ils seront vainqueurs ou vaincus. Mais d'ici là, ils portent le costume de candidat dans l'attente du verdict des urnes. Quelque 8 000 prétendants (4 000 binômes homme-femme) aux postes de conseillers départementaux sont en lice en ce second tour de scrutin. Pour la plupart, ce dimanche sera le jour le plus long de l'année, le plus angoissant aussi. Pour quelques-uns, les dés sont d'ores et déjà jetés et il n'y a plus lieu de paniquer. Quoi qu'il en soit, la campagne est terminée. Alors, que font ces candidats pour tuer le temps avant l'annonce des résultats ?

L'après-midi à bicyclette

Pour évacuer la pression, Benjamin Trocmé, 41 ans, candidat (EELV) à Grenoble-1 (Isère), va pédaler. Cet après-midi, l'écolo fera la tournée des bureaux de vote de son canton à bicyclette, soit une quinzaine de kilomètres. « Je l'ai fait dimanche dernier, ça détend. En plus, il y a peu de circulation, c'est très tranquille », s'enthousiasme ce chercheur en physique, « très attaché à [s]on vieux vélo hollandais ». Quand il ne sera pas au guidon, il se posera 1 001 questions. « On est fébrile, on se dit qu'on aurait peut- être pu faire différemment, on se demande si le taux d'abstention va jouer en notre faveur. C'est un état d'entre-deux. On est à la fois acteur principal en tant que candidat, mais aussi spectateur puisqu'on n'a plus les clés en main », décrit-il.

Son camarade Olivier Bertrand, en course à Grenoble-3, présidera, lui, un bureau de vote. « Ça occupe l'esprit », résume-t-il. Ce conseiller sortant reconnaît qu'il est tendu le jour J. « Le fait d'être arrivé en tête au premier tour me rend encore plus stressé, car je sais que j'ai beaucoup à perdre », confie-t-il. Alors il compense : « Quand je suis stressé, je mange ! »

« Un Scrabble avec ma femme »

Vincent Bourguet, candidat (UDI) dans le canton de Redon (Ille-et-Vilaine), n'aura, lui, « guère d'appétit » ce ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant