Elections : ces départements qui oscillent encore entre droite et gauche

le
2
Elections : ces départements qui oscillent encore entre droite et gauche
Elections : ces départements qui oscillent encore entre droite et gauche

Vont-ils pencher à droite ou à gauche ? Les élections ont beau être derrière nous, dans plusieurs départements français, on ignore qui de la droite ou de la gauche a effectivement emporté la mise. C'est un des paradoxes de ce scrutin : si le FN n'a pas transformé l'essai en remportant la majorité absolue dans des départements comme l'Aisne ou le Vaucluse, sa forte représentation dans les nouveaux  conseil départementaux le place en position d'abitre susceptible de faire pencher tantôt la barre à droite et tantôt à gauche ou, pour le moins, de pousser ses adversaires dans leurs retranchements.

Le premier test grandeur nature sera dans quelques heures l'élection des nouveaux exécutifs des conseils départementaux, le président et les vice-présidents. A cet égard, les cas des départements de l'Aisne, du Vaucluse et du Gard seront décortiqués à la loupe. Même si une surprise n'est pas à exclure ailleurs, les principes et l'arithmétique pure comptant parfois moins en la matière que les relations personnelles. On suivra à cet égard le cas du Tarn-et-Garonne où l'avenir du patron du Parti radical de gauche Jean-Michel Baylet est en jeu. Et cette fois, le Front national n'y est pour rien.

Dans le Vaucluse, le FN n'a pas raflé le gros lot mais aucune majorité claire ne se dessine au lendemain du scrutin. C'est 12 élus à gauche, 12 élus à droite et l'extrême-droite au milieu avec 10 sièges. A ce détail près que l'extrême-droite est ici divisée entre Front national (6 élus) et partisans de la Ligue du Sud du maire d'Orange Jacques Bompard (4 élus). Et que les relations entre ces deux-là ne sont pas forcément au beau fixe. Dans ce département jusqu'à présent géré par le PS, l'hypothèse d'un éventuel accord entre l'UMP et la Ligue du sud est parfois évoqué mais l'UMP dispose d'un atout maître avec le doyen des conseillers départementaux, qui pourrait être élu président au bénéfice de l'âge.

VIDEO. Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KENTOF le lundi 30 mar 2015 à 17:11

    être élu président au bénéfice de l'âge c'est bien mais pour quoi faire et avec qui ?

  • M7361806 le lundi 30 mar 2015 à 16:55

    Le TARN et GARONNE tient à garder Jean-Michel BAYLET président du PRG ,c'est le seul parti politique ami de HOLLANDE ,ce millardaire héritier grand patron de presse homme de gauche doit sa popularité à " la depeche du midi " son journal de propagande politique subventionné par les contribuables. Grace au journal il peut manipuler le peuple faire ses affiares ,tenir les politiciens, ne jamais etre jugé... un scandale politique !