Elections cantonales : la grande trouille du PS

le
12
Elections cantonales : la grande trouille du PS
Elections cantonales : la grande trouille du PS

Après la déculottée des municipales en 2014, la dégelée des cantonales en 2015 ? Alors que le gouvernement de Manuel Valls vient de confirmer que le renouvellement des conseils généraux chargés d'une multitude de prestations sociales et de services de proximité (voir encadré) est prévu les 22 et 29 mars, les pronostics les plus sombres circulent pour la gauche et le Parti socialiste, qui voit déjà se profiler une nouvelle défaite.

« On s'attend à une forte vague, ça va secouer, on est en train de tout perdre », redoute Claudy Lebreton, le président PS des Côtes-d'Armor et de l'Association des départements de France (ADF). Aujourd'hui, la gauche détient 59 conseils généraux (53 PS, 3 Radicaux de gauche, 1 divers et 2 PCF). Au sein de l'ADF, les calculettes chauffent sur la base du nouveau découpage électoral qui entrera en vigueur pour ce scrutin et le résultat des élections municipales. « Dans le meilleur des cas, on en garde 35, mais dans la pire des situations seulement 18 », estime Claudy Lebreton. Soit une perte sèche de deux départements sur trois. Avec au passage une véritable saignée parmi les 1 500 conseillers généraux socialistes.

Certains bastions sont directement menacés. C'est notamment le cas de l'emblématique Corrèze, que François Hollande a dirigée entre 2008 et 2012. Sur le terrain, la campagne n'a pas encore véritablement commencé et déjà les sortants font grise mine. « La situation est très difficile pour ne pas dire plus... » reconnaît Vincent Eblé, qui dirige la Seine-et-Marne depuis dix ans. Une nouvelle défaite alors que le PS a déjà été traumatisé par la raclée des municipales et ses conséquences : pertes d'emplois de collaborateurs, manque à gagner dans les caisses du parti...

Jérôme Guedj, le président de l'Essonne, l'admet : « Pour y aller, il faut avoir la foi du charbonnier. » Et pour cause : sur fond de baisse des dotations d'Etat aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2011639 le mercredi 15 oct 2014 à 10:53

    enfin un petit bonheur et du chomage plafonné à 6500 euros mois pour pas longtemps heureusement!!!

  • M156470 le mercredi 15 oct 2014 à 10:23

    La grande trouille chez les so cialos est très justifiée, c'est la première fois depuis deux ans 1/2 qu'ils anticipent une fin programmée...

  • M156470 le mercredi 15 oct 2014 à 10:21

    Cà n'est pas une déculottée qu'ils vont prendre. Ils vont prendre le bouillon !

  • M156470 le mercredi 15 oct 2014 à 10:19

    Ils vont les reporter au maximum pour essayer de se maintenir à flot mais c'est indégnable, pédalo prend l'eau de toutes parts... Les rats vont bientôt quitter le rafiot.

  • M4958114 le mercredi 15 oct 2014 à 10:18

    mipolod Les social.os ont contribué à la ruine du pays chirac - sarko sont socialos 940 milliards donc 320 pour chichi 620 pour birmut alors ne dit pas n'importe quoi !!

  • mipolod le mercredi 15 oct 2014 à 09:57

    Les social.os ont contribué à la ruine du pays, mais il faut également leur associer les syndicats fossoyeurs d'entreprises et les fonctionnaires de Bercy véritables dictateurs doctrinaires du pays.

  • M8129092 le mercredi 15 oct 2014 à 09:38

    mais ils vont nous laisser une sacrée ardoise,j'espère que ceux qui ont voté pour eux auront le courage de les virer

  • knbskin le mercredi 15 oct 2014 à 09:03

    L'idéologie portée par le PS a ruiné la France depuis 35 ans. La ruine de ce parti permettrait sans doute à ceux de ses membres qui ont des idées claires sur l'avenir de se retrouver dans une autre formation capable de participer à une coalition de gouvernement sans devoir subir des pressions idéologiques du XIXe siècle ... ;)

  • 90342016 le mercredi 15 oct 2014 à 08:58

    le ps doit disparaitre

  • dbourbie le mercredi 15 oct 2014 à 08:43

    bientot le ps ce sera terminé