Elections au Nigeria : 23 personnes décapitées, des maisons incendiées

le
0
Elections au Nigeria : 23 personnes décapitées, des maisons incendiées
Elections au Nigeria : 23 personnes décapitées, des maisons incendiées

Boko Haram, le groupe islamiste, désormais allié à l'organisation Etat islamique, avait menacé de perturber les élections. Si elles n'ont pas encore été revendiquées, plusieurs attaques ont eu lieu samedi dans plusieurs bureaux de vote dans le nord-est du Nigeria, peu après le début des élections présidentielle et législatives. On apprenait également samedi en milieu de journée, que vingt-trois personnes ont été décapitées vendredi soir, lors de l'attaque d'un village de l'Etat de Borno (nord-est) par des islamistes présumés, a déclaré un député de cette région

L'attaque, menée par «des hommes armés soupçonnés d'être des insurgés», a eu lieu dans la nuit de vendredi à samedi, dans le village de Buratai, à près de 200 kilomètres de Maiduguri, la capitale de l'Etat de Borno, a rapporté le député Mohammed Adamu. «Ils ont décapité 23 personnes et incendié des maisons», a-t-il dit. Une infirmière travaillant dans l'hôpital le plus proche du village a dit avoir reçu 32 blessés et elle a également mentionné que de nombreuses personnes avaient été décapitées.

Les élections ont par ailleurs été suspendues dans certaines zones du pays en raison de problèmes techniques mais elles devraient se poursuivre dimanche. 

VIDEO. Le Nigérians aux urnes pour la présidentielle

Les hommes armés ont d'abord attaqué les villages de Birin Bolawa et Birin Funali, dans l'Etat de Gombe, souvent ciblés par les islamistes par le passé. «Nous avons entendu les assaillants crier: "On ne vous avait pas dit de rester à distance de l'élection?"», a rapporté un responsable du scrutin sous couvert d'anonymat.

Selon un responsable, les hommes armés sont arrivés dans le village de Birin Bolawa vers 8h30 à bord d'un pick-up, le visage recouvert d'un chèche, juste après l'ouverture du bureau de vote. Un électeur a été tué par balles et d'autres ont pris la fuite. «Ils ont mis le feu à tout le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant