Elections anticipées en Grèce: l'humour pour contrer la lassitude

le
0
Elections anticipées en Grèce: l'humour pour contrer la lassitude
Elections anticipées en Grèce: l'humour pour contrer la lassitude

Appelés aux urnes pour la troisième fois en huit mois avec les élections législatives anticipées du 20 septembre, les internautes en Grèce ont recours à l'humour pour illustrer leur lassitude électorale."Vivez vos élections en Grèce": le slogan sur fond de carte postale classique de la Grèce, montrant deux barques sur les eaux bleues d'une plage idyllique, accompagne un article satyrique sur les scrutins qui se sont succédé dans le pays en crise, publié sur le site d'information Progagon.gr."L'Organisme grec du Tourisme se prépare dans l'effervescence à promouvoir l'idée du tourisme électoral en vue du scrutin du 20 septembre", écrit ainsi avec humour l'auteur et comédienne Lila Stabouloglou.C'est le slogan officiel "Vivez votre mythe en Grèce" de l'Organisme grec du Tourisme, que l'auteur a choisi de détourner pour montrer la lassitude des Grecs face à ce nouveau soubresaut politique. Après les élections du 25 janvier, également anticipées, organisées un an et demi plus tôt que prévu, les Grecs avaient de nouveau été appelés à se prononcer six mois plus tard, lors du référendum du 5 juillet sur une proposition des créanciers concernant un troisième plan de sauvetage du pays.Au total, en trois ans, la Grèce, sous tutelle de ses créanciers internationaux, aura connu quatre législatives et un référendum. Soit six scrutins (le référendum compris) depuis l'éclosion de la crise de la dette fin 2009.La "campagne" de l'Organisme du Tourisme invite les visiteurs en Grèce à profiter "de l'expérience électorale associée aux beautés du pays (...), visiter des +parcs de loisir+ électoraux" et acheter "des souvenirs électoraux, comme des bulletins de vote ou des tasses avec les logos des partis, des statues des hommes politiques, comme de Yanis Varoufakis", le flamboyant ex-ministre des Finances. Un astérisque à la fin de l'article prévient toutefois que "le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant