Elections américaines : la campagne du tout est permis (de dire)

le
0
Donald Trump, en campagne à Fort Worth (Texas), le 26 février.
Donald Trump, en campagne à Fort Worth (Texas), le 26 février.

Dans ses discours, Donald Trump repousse les limites de ce qui est acceptable aux Etats-Unis, et met le feu au code de conduite politique, explique Matt Welch, chroniqueur politique libertarien et rédacteur en chef du magazine « Reason ».

Avant cette campagne présidentielle insensée, les observateurs politiques étaient sûrs d’une chose : les mots ont des conséquences. On se souvient ainsi de Mitt Romney qui a perdu l’élection présidentielle de 2012 après sa bourde des « 47 % ». Lors d’une soirée privée avec des donateurs, enregistrée à son insu, le candidat républicain avait prédit que « 47 % des gens » voteraient pour réélire Barack Obama « quoi qu’il en soit », car « 47 % des Américains ne paient pas l’impôt sur le revenu » (Thomas Piketty est certes populaire aux Etats-Unis, mais la notion de déterminisme économique est inconcevable, ici, en politique).

En 1976, le président Gerald Ford ne s’est jamais remis de sa curieuse déclaration, lors d’un débat avec Jimmy Carter : « Jamais l’Europe de l’Est n’a été sous la domination de l’Union soviétique ! » Parfois, ça se fait sans mot : l’outsider grand favori des primaires démocrates de 2004, Howard Dean, a fait imploser sa campagne avec un cri primal.

Donald Trump n’a pas seulement prouvé qu’il faisait exception à la règle. Il a aussi mis le feu au code de conduite politique. Le 10 mars, en l’espace d’une seule journée, le républicain en tête des primaires a affirmé que l’islam détestait l’Amérique ; il a suggéré l’envoi de 30 000 soldats pour combattre l’organisation Etat islamique ; et quand une journaliste a affirmé que le directeur de campagne du candidat à l’investiture républicaine l’avait rudoyée, plusieurs témoignages à l’appui, M. Trump l’a accusé...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant