Elections américaines : autour de Ted Cruz, le dernier carré des anti-Trump

le
0
Un partisan de Donald Trump face à un supporteur de Ted Cruz, le 30 avril, à Mesa, dans l'Arizona.
Un partisan de Donald Trump face à un supporteur de Ted Cruz, le 30 avril, à Mesa, dans l'Arizona.

Grandes fortunes, intellectuels et élus républicains tentent de briser l’ascension du magnat de l’immobilier.

Le front anti-Trump du Parti républicain vit sans doute sa dernière veillée d’armes avec les primaires de l’Indiana, mardi 3 mai. Le rival le plus menaçant du magnat de l’immobilier, le sénateur du Texas Ted Cruz, a tout mis en œuvre pour tenter de briser la dynamique qui porte Donald Trump depuis les primaires de l’Etat de New York, le 19 avril. Il s’est tout d’abord allié avec le troisième homme de la course à l’investiture républicaine, John Kasich, pour éviter la dispersion des voix qui a été régulièrement favorable au milliardaire, puis il a présenté sa candidate à la vice-présidence, Carly Fiorina, l’ancienne prétendante républicaine et ancienne responsable de Hewlett-Packard, dans l’hypothèse où il parviendrait à créer la surprise lors de la convention de juillet.

A la veille du vote, M. Trump a cependant continué à défier la coalition hétéroclite qui s’est liguée contre lui grâce à des intentions de vote très favorables. Le premier pilier de ce front est constitué par des super PAC (comités d’action politique), ces groupes d’intérêts que révulsent par exemple les positions protectionnistes du magnat de l’immobilier. Il s’agit notamment du Club for Growth, qui a dépensé des milliers de dollars en publicités négatives depuis le début du mois de mars, sans résultats véritables. Our Principles, dirigé par Katie Packer, une ancienne de la campagne de Mitt Romney, le candidat républicain de 2012, a amassé plus de 17 millions de dollars contre le milliardaire, selon le ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant