Election : un président d'extrême droite pour l'Autriche ?

le
8
Election : un président d'extrême droite pour l'Autriche ?
Election : un président d'extrême droite pour l'Autriche ?

Le sourire est éclatant, le visage avenant. L'air affable d'un gendre idéal aux manières soignées. Bref, un candidat apparemment comme les autres. Et pourtant... A 45 ans, Norbert Hofer pourrait devenir aujourd'hui le nouveau président de l'Autriche, à l'issue du second tour du scrutin présidentiel. Sa victoire serait historique à plus d'un titre. L'homme est le candidat du Parti de la liberté d'Autriche, le FPÖ, un parti d'extrême droite.

Une situation inédite

Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, les Autrichiens pourraient se choisir un président issu d'une telle formation. Dans cet Etat fédéral, le pouvoir du président est bien moindre que celui de son homologue français, mais il a un poids symbolique important. D'autant plus qu'il est lui aussi élu au suffrage universel.

Hofer, ingénieur en aéronautique, peut y croire : il est arrivé largement en tête du premier tour du scrutin avec plus de 35 % des voix, loin devant l'austère Alexander Van der Bellen, 72 ans et ex-patron des écologistes (21,3 %). Quel que soit le résultat , le président ne sera donc pas issu des rangs conservateurs ou sociaux-démocrates, les deux partis traditionnels de gouvernement. Une situation inédite dans l'histoire de ce pays.

Un déficit de notoriété transformé en atout

Bien peu avaient misé sur le succès de ce père de quatre enfants à la chevelure grisonnante impeccable, quasi inconnu du grand public, puisque les sondages le créditaient au début de l'année de moins de 10 % des intentions de vote ! Un déficit de notoriété qu'il a su transformer en atout, en se présentant comme le « candidat de la nouveauté » et en n'hésitant pas à parler de lui et à évoquer son handicap : il s'appuie sur une canne pour marcher, depuis un accident de parapente en 2003.

Hofer n'a toutefois rien d'un novice en politique. Pendant plus de vingt ans, il a occupé des responsabilités dans l'ombre du FPÖ, et plus ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 il y a 7 mois

    Le salut viendra de celui qui nous sortira de ce capharnaüm européen.

  • delapor4 il y a 7 mois

    Tout ce qui n'est pas d'extrême droite est tordu et nauséabond, à commencer par les régimes qui se sont succédés en France jusqu'au pourrissement actuel. Le salut viendra de l'extrême droite que ça plaise ou non.

  • frk987 il y a 7 mois

    Pour info : l'Autriche n'a jamais été réellement dénazifiée contrairement à l'Allemagne, et ce déferlement d'immigrés non assimilables dans une culture germanique a mis le feu aux poudres. Indirectement c'est le résultat de la folie pré-Alzheimer de la mère Merkel.

  • 445566ZM il y a 7 mois

    Vive la liberté.

  • 445566ZM il y a 7 mois

    J'ai l'impression que les médias ont du mal à commenter l'élection, devenu probable, du nouveau président. Lundi ils auront le choix entre l'inconscience des autrichiens et les "vieux démons".

  • frk987 il y a 7 mois

    Oh certes le FN a changé, c'est le vrai parti démagogique poujadiste avec le programme éco de Mélenchon !!!!!!

  • M1961G il y a 7 mois

    un président d'exrème droite en autriche , un brexit en grande bretagne . cela démontre que marine en 2017 , c'est possible . les français sont très remontés contre hollande et le fn sera au 2ème tour et peut même l'emporter pour la première fois . le fn en france a changé et peut redonner à la france sa grandeur , sa souveraineté .

  • frk987 il y a 7 mois

    Oh les journaleux, un président autrichien a autant de pouvoirs que le Coty ou le Tauriol, c'est à dire le rôle qu'affectionne FH, commémorer et déposer des chrysanthèmes !!!!