Election-Privé des résultats, des Afghans regrettent d'avoir voté

le
0

par Hamid Shalizi et Jessica Donati KABOUL, 22 septembre (Reuters) - Certains Afghans ont risqué leur vie pour aller voter à l'élection présidentielle, qui était censée marquer le premier transfert démocratique du pouvoir dans leur pays. Plus de 50 personnes ont péri dans les violences lors du second tour, le 14 juin. Et pourtant, plus de trois mois après ce scrutin, le résultat est toujours tenu secret et la répartition des postes de l'exécutif entre les camps des deux candidats rivaux, Ashraf Ghani et Abdullah Abdullah, a été négociée en coulisse et annoncée ce week-end. Nombre de ceux qui ont bravé la menace des insurgés taliban lors des deux tours de scrutin se demandent aujourd'hui pourquoi ils ont pris des risques en allant voter. "Je n'ai pas voté au second tour, mais je suis très déçu pour ceux qui l'ont fait", déclare un libraire de Kaboul, Ayman Azim. "Leurs bulletins de vote sont tombés dans un trou noir. Je ne participerai jamais aux élections à l'avenir et ne permettrai pas à ma famille de le faire", ajoute-t-il. D'autres, dans la capitale, se montraient plus optimistes, tout en admettant bien la fragilité du futur gouvernement d'union nationale. "Nous nous sommes plaints du long retard dans l'annonce de l'issue du scrutin (...), alors félicitons-nous (de ce qui arrive)", déclare un commerçant, Rafihullah Faizi. "Il nous faut accepter l'annonce et prier pour un Afghanistan meilleur". DEUX DOCUMENTS CHIFFRÉS Malgré les efforts des autorités pour ne pas divulguer les résultats du second tour, Reuters a obtenu deux documents où l'on peut découvrir les conclusions de l'audit effectué cet été sous la supervision de l'Onu. L'un de ces documents est un résumé de huit pages communiqué par un ex-responsable gouvernemental, et l'autre est un tableau transmis par un membre de la commission électorale. Selon ces deux documents, 7,1 millions de bulletins de vote ont été pris en compte dans le dernier décompte, ce qui laisse penser que près d'un million de bulletins ont été soit écartés soit n'ont pas été envoyés à Kaboul pour être recomptés. Les chiffres ont été vérifiés par les deux camps et la commission électorale s'est refusée à tout commentaire sur les résultats, déclarant que l'audit n'avait pas permis de déceler la totalité des fraudes. Les deux documents montrent que le président élu Ashraf Ghani a obtenu 55,27%, contre 44,73% pour Abdullah Abdullah. L'équipe d'Ashraf Ghani a confirmé l'authenticité de ces documents, tandis que le camp Abdullah s'est indigné contre le fait que les chiffres circulent, car, dit-il, cela viole un accord passé avec la commission. "Nous condamnons avec vigueur la diffusion des pourcentages des résultats de l'élection. C'est contraire à tout ce que la commission électorale nous a promis", a dit à Reuters Fazel Rahman Orya, un des membres de l'équipe d'Abdullah Abdullah. (Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant