Election : Laporte allume ses concurrents

le
0
Election : Laporte allume ses concurrents
Election : Laporte allume ses concurrents

Dans un entretien accordé au magazine Rugby entre Rhône et Alpes, Bernard Laporte n'est pas tendre avec ses deux rivaux à la présidence de la FFR, Pierre Camou et Pierre Salviac. L'ancien sélectionneur du XV de France critique également Paul Goze, le président de la Ligue.

Bernard Laporte assume ses différentes positions dans les colonnes de Rugby entre Rhône et Alpes. L’ancien sélectionneur du XV de France, ex-secrétaire d’Etat aux Sports et actuel manager de Toulon candidat à la présidence de la FFR n’est pas tendre avec ses adversaires, en commençant par Pierre Camou, « Que voulez-vous que Camou dise à (Mohed) Altrad ou (Mourad) Boudjellal (ndlr : présidents de Montpellier et Toulon) ? Il prend la foudre et il rentre la tête. Il a un complexe d’infériorité terrible comparé à eux. Il est moins riche qu’eux et il n’a rien fait dans le rugby. » Laporte ne manque pas non plus de rappeler comment, selon lui, Pierre Camou a obtenu la tête de la FFR. « Je suis un peu choqué par son attitude. Il ne faut pas oublier qu’il est président par défaut (ndlr : lors de la dernière élection, Lapasset se présentait à la présidence de l’IRB et Blanco n’avait pas souhaité se lancer dans l’aventure). »

Paul Goze et Salviac pas ménagés

Un brin ironique, l’ancien sélectionneur du XV de France y va aussi très fort au sujet de Pierre Salviac, l’ancien journaliste de France Télévisions, qu’il pensait… « mort ». « Mais moi, Pierre, à force d’être viré partout où il passe, je croyais qu’il était mort. En plus, il parle pour ne rien dire, il ne peut pas être candidat. » Paul Goze, président de la Ligue, en prend également pour son grade. Ainsi, le technicien toulonnais, souligne que s’il venait à être élu président de la FFR, ce ne serait plus le président de la LNR qui aurait le choix des attributions des droits TV. « Il n’y a qu’un patron au rugby, c’est le président de la Fédération française de rugby. Quand Paul Goze va aller renégocier les droits TV, j’irai avec lui. Et c’est moi qui déciderai de la redistribution. » Le manager du RCT aimerait donner une priorité au monde amateur. « A côté de cela, on vendra le maillot de l’équipe de France à une grande " boîte " française. C’est cinq à dix millions d’euros par an. On mettra tout pour le monde amateur, pas un centime n’ira au monde pro. »

Un non catégorique sur le projet de Grand Stade

Porté par Serge Blanco, le projet de Grand Stade pourrait prendre du plomb dans l’aile en cas de nomination de Bernard Laporte. L’entraîneur du RCT juge cette idée impossible à réaliser, du fait du manque d’argent. « Ce n’est pas qu’il me préoccupe, c’est qu’il va nous mettre en faillite. Je ne veux pas que ma Fédération s’endette de 600 millions d’euros. Alors là, on sera mal pour le coup. Je vais arrêter les frais de suite. Quand on prévoit d’apporter 200 millions d’euros et qu’on apporte 320 000 euros, il vaut mieux tout arrêter. »

Victor DEGIOANNI

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant