Élection en Iran : Israël ne veut pas «se bercer d'illusions»

le
0
Après l'élection de Hassan Rohani, nombre de ministres israéliens s'inquiètent de voir les Américains et les Européens accepter désormais d'alléger les sanctions internationales imposées à l'Iran pour qu'il renonce à ses ambitions atomiques.

Israël redoute que l'Occident baisse la garde face à l'Iran après l'élection de Hassan Rohani. Sur le papier, les dirigeants israéliens ont de bonnes raisons de se réjouir avec le départ de son prédécesseur, Mahmoud Ahmadinejad, qui voulait «effacer Israël de la carte» tout en niant la Shoah et en développant le programme nucléaire iranien. Mais si l'arrivée au pouvoir d'un «modéré» dès le premier tour a été saluée dans le monde, le ton dimanche en Israël était à l'extrême prudence voire à la méfiance. «Il ne faut pas se bercer d'illusions», cette expression de Benyamin Nétanyahou a été reprise par la plupart des ministres. Pour eux, le danger est de voir les Américains et les Européens accepter désormais d'alléger les san...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant