Election de Trump : euphorie en Israël, inquiétude palestinienne

le
3
    JERUSALEM/GAZA, 9 novembre (Reuters) - Le président de 
l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a été mercredi un des 
premiers dirigeants arabes à féliciter Donald Trump pour sa 
victoire à l'élection présidentielle américaine mais l'arrivée à 
la Maison blanche du candidat républicain est surtout considérée 
comme une bonne nouvelle en Israël. 
    Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, s'est dit 
confiant de pouvoir porter, avec Donald Trump, les relations 
israélo-américaines vers de "nouveaux sommets". 
    Quant à Mahmoud Abbas, il a exprimé dans un communiqué un 
timide espoir que le président américain élu, resté vague sur 
ses intentions en matière de politique étrangère, ouvre une 
nouvelle page au Proche-Orient. 
    "Abbas félicite le président américain Donald Trump pour son 
élection et espère qu'une paix juste pourra être conclue pendant 
son mandat", dit le communiqué diffusé par l'agence de presse 
palestinienne Wafa. 
    Cet espoir exprimé par le président palestinien pourrait 
n'être qu'un voeu pieux, Donald Trump ayant déclaré pendant la 
campagne qu'il déplacerait l'ambassade des Etats-Unis  de Tel 
Aviv à Jérusalem, reconnaissant ainsi formellement cette ville 
comme la capitale d'Israël. 
    Bien que de nombreux candidats à la Maison blanche aient 
déjà fait cette promesse par le passé, Donald Trump semble plus 
susceptible de passer à l'acte, d'autant qu'il devrait être 
totalement soutenu dans cette démarche par le Congrès, où le 
Parti républicain a conservé sa majorité dans les deux chambres. 
    Si cela devait se produire, le nouveau président américain 
ouvrirait effectivement une nouvelle page au Proche-Orient, mais 
pas celle que souhaitent les Palestiniens. 
    Benjamin Netanyahu, dont les relations avec Barack Obama 
sont notoirement exécrables, a salué dans un communiqué la 
victoire d'un "véritable ami" d'Israël. 
    "Je suis confiant dans le fait que le président élu Trump et 
moi-même allons continuer à renforcer l'alliance unique entre 
nos deux pays et la porter vers des sommets encore plus élevés", 
 dit-il. 
    Le ministre israélien de l'Education, Naftali Bennet, dont 
le parti du Foyer juif promeut la colonisation et s'oppose à la 
solution des deux Etats, s'est montré encore plus explicite. 
    "Le temps d'un Etat palestinien est terminé", a-t-il jugé 
dans un communiqué. 
 
 (Luke Baker et Nidal al Moughrabi, Tangi Salaün pour le service 
français, édité par Gilles Trequesser) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp il y a un mois

    les 2 états viendront d'eux même par le démographie

  • housssss il y a un mois

    Trump va replacer le hamas à sa juste place c'est à dire un mouvement terroriste corrompu

  • delapor4 il y a un mois

    Titre absurde ! Ce n'est pas Trump qui va faire la guerre à l'Iran ou à la Syrie pour les beaux yeux d'Israël.