Election au Pakistan : forte participation malgré des attaques meurtrières

le
0
Election au Pakistan : forte participation malgré des attaques meurtrières
Election au Pakistan : forte participation malgré des attaques meurtrières

Au moins 17 morts et 48 blessés. Au premier jour des élections législatives au Pakistan, trois attentats se sont produits ce samedi matin à Karachi, Peshawar et Lahore, alors que les Pakistanais se pressaient dans les bureaux de vote. Pendant la campagne électorale, plus de 130 personnes ont trouvé la mort. Vendredi, le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), un allié d'Al-Qaïda qui a revendiqué la plupart des attaques, a «demandé à la population d'éviter les bureaux de vote» pour «ne pas risquer de perdre la vie». Plus de 600 000 personnels de sécurité sont chargés de protéger le scrutin.

Ce matin, la première attaque, à Karachi, a visé un candidat du parti laïque de l'ANP, l'une des cibles privilégiée des talibans, et a fait 11 morts et 36 blessés. Une autre bombe placée devant un bureau de vote pour femmes à Peshawar a blessé huit personnes. Une troisième bombe, de puissance moyenne a ensuite explosé à Mardan, près de Peshawar, blessant quatre personnes.

Les deux favoris prêts au dialogue avec les talibans

Plus de 86 millions de Pakistanais sont appelés à choisir leurs 342 députés de l'Assemblée nationale et leurs représentants dans les quatre assemblées provinciales. Ce scrutin est considéré comme historique car il va permettre à un gouvernement civil de passer la main à un autre après avoir terminé un mandat complet de cinq ans, une première dans ce pays créé en 1947 et à l'histoire jalonnée de coups d'Etat.

Les 70 000 bureaux de vote ont ouvert à 8 heures (5 heures, heure française). Ils devaient fermer à 17 heures (14 heures, heure française), mais en raison de l'affluence et de retards, leur clôture a été repoussée d'une heure au moins. A KArachi, la fermeture est repoussée de trois heures. A la mi-journée, le taux de participation était d'environ 30%, selon la commission électorale, qui table sur une participation finale de l'ordre de 60%. Lors des précédentes...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant