Election américaine : les députés inquiets d'un «effet Trump» en France

le , mis à jour à 08:58
6
Election américaine : les députés inquiets d'un «effet Trump» en France
Election américaine : les députés inquiets d'un «effet Trump» en France

La garde républicaine, port altier et galons impeccables, traverse les jardins du Palais-Bourbon à Paris. « Regardez... ça, les gens, ça les insupporte », souffle un député socialiste. Cachez ce faste (républicain) que je ne saurais voir... Encore secoué par l'élection de Trump, le parlementaire poursuit : « J'ai grandi en HLM, j'ai été étudiant boursier, mais parce que je suis dans un parti politique vieux de 100 ans, je passe pour un canard gras du système. Et Marine Le Pen, qui a été élevée par un grand bourgeois, incarne le peuple ! » En France aussi souffle un vent à décorner les institutions. L'élection américaine fait office de piqûre de rappel.

 

A LIRE. Donald Trump, milliardaire décomplexé devenu président des Etats-Unis

 

« On est au bord de l'affrontement », murmure ce même député PS quand un collègue évoque une bataille façon « Game of Thrones ». Référence à la célèbre série télévisée et son hiver toujours plus menaçant. Benoist Apparu, député LR et soutien d'Alain Juppé, abonde : « Les gens peuvent se dire : Si les Américains l'ont fait, pourquoi pas nous ? »

 

La classe politique française saura-t-elle entendre ce signal d'alarme ? A six mois de la présidentielle, chacun se convainc que son candidat apporte les bonnes réponses, adopte le ton approprié. « Quand les peuples sont en ébullition, il faut savoir prendre la température et refroidir », prévient Eduardo Rihan Cypel, élu PS pro-Hollande, quand Apparu plaide pour que l'on s'interroge « un peu plus que 24 heures ». « Il ne faut pas se préoccuper des sondages, des commentateurs, mais du peuple. Il faut être présent auprès des citoyens, garder le contact », défend Daniel Fasquelle, député LR pro-Sarkozy. « La revue de presse, elle fait peur ! C'est vrai qu'on ne parle pas des problèmes des Français. Les gens, ils le sentent, ils le voient », se désole un socialiste. Sombre constat d'Apparu : « Je ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M476110 il y a un mois

    ah ces "sans-dents, s ils n'existaient pas le monde serait facile ! ;-)

  • M5723741 il y a un mois

    Ils feraient mieux de s’inquiéter de l'effet dévastateur Hollande.

  • dotcom1 il y a un mois

    C'est ce qui arrive quand on laisse le peuple s'exprimer. Je comprends que ca puisse en effrayer certains.

  • jany7 il y a un mois

    ils commencent a trembler ils ont raison ils vont etre balayés avec leur privilèges ça va secouer on fera le tri on verra apres

  • mucius il y a un mois

    Inquiets pour les revenus, leurs avantages leurs magouilles. Alors tant mieux!

  • M2266292 il y a un mois

    La révolution par les urnes