Election américaine : les bourses européennes stables après la victoire de Trump

le , mis à jour à 11:37
1
Election américaine : les bourses européennes stables après la victoire de Trump
Election américaine : les bourses européennes stables après la victoire de Trump

Dans le sillage des places boursières asiatiques, on pouvait craindre une panique générale des bourses européennes à l'ouverture après l'élection de Donald Trump. Finalement, àl'image de ce qui s'est déjà passé le 23 juin avec le vote du Brexit au Royaume-Uni, les places européennes sont orientées à la baisse mais ne craquent pas.

 

A Paris, la bourse a ouvert sur une baisse de 2,52% pour se stabiliser ensuite vers une perte de 1,7%, comme le DAX à Francfort en Allemagne. Même tendance en Belgique, où le BEL 20 enregistre une chute de 1, 59%. En Italie, en Espagne ou au Portugal, la baisse est un peu plus marquée aux alentours de 2,2%. En revanche, les investisseurs se sont reportés vers la place financière suisse, où l'indice SMI progresse modèrement de 0,69%.  

 

En France, à l'exception d'Essilor et de Sanofi, toutes les entreprises du CAC 40 sont orientées à la baisse. Ce sont surtout les secteurs exportateurs, comme le luxe, l'automobile et les banques, qui sont les plus attaqués en raison des possibles mesures de protectionnisme avancées par Donald Trump. Le Société Générale décroche de 4,11%, Renault de 4,04%, Lafarge de 3,24%,....  

 

Pour se protéger à court terme, les investisseurs trouvaient refuge ce mercredi matin sur le marché de la dette souveraine, plébiscitant la dette allemande et dans une moindre mesure la dette française, où le taux d'intéret à 10 ans est passé à 0,43% contre 0,5% mardi soir. Les pays du sud de l'Europe sont jugés plus risqués. L'Italie voit son taux à dix ans remonter à 1,744% contre 1,721%, celui de l'Espagne à 1,270% contre 1,254%.

 

Les investisseurs se sont aussi repliés vers l'or qui engrange une hausse de l'ordre de 3%. 

 

Evidemment, la victoire de Donald Trump va rebattre les cartes, même si son premier discours a eu une tonalité plutôt consensuelle. Selon une enquête réalisée par la Coface (réassureur), son accession à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fernan.p il y a 3 mois

    tout le monde s'est Trumpé