Élection américaine : le dilemme de Pékin

le
0
Pour Pékin, les péripéties de la campagne américaine montrent la faillite du modèle démocratique occidental et confortent l'autorité et la stabilité de l'empire du Milieu.
Pour Pékin, les péripéties de la campagne américaine montrent la faillite du modèle démocratique occidental et confortent l'autorité et la stabilité de l'empire du Milieu.

« And the winner is?. Beijing ! » Certes, à l'heure où Hillary Clinton et Donald Trump jettent leurs dernières forces dans la bataille, la Chine compte les points avec attention, et un soupçon d'anxiété. Le numéro 1, Xi Jinping sait déjà que le prochain hôte de la Maison-Blanche sera un client bien plus difficile à manier que Barack Obama. Et que le mandat présidentiel pourrait tourner au bras de fer, en particulier en mer de Chine du Sud.

Mais, le régime communiste peut déjà se féliciter de la tournure populiste et outrancière de la campagne présidentielle qui a dévoilé au grand jour, de façon criante, les failles de la démocratie constitutionnelle américaine. Les insultes, les coups bas, et l'affaire des e-mails relancée par le FBI sonnent en creux comme un plaidoyer pour l'ordre du parti unique, garant de la stabilité et de l'intérêt général, susurre le pouvoir. Les médias chinois, tous sous la coupe du régime, n'ont pas manqué de souligner l'essoufflement de la démocratie américaine, augurant d'un affaiblissement historique de la première puissance mondiale. « Trump a ouvert la boîte de Pandore. Même s'il se révèle n'être qu'une fausse alarme, son impact est déjà indélébile. Les États-Unis font face à la perspective d'une crise institutionnelle, nourrie par une accumulation de problèmes bien réels », souligne le nationaliste quotidien Global Times.

Alors que Xi Jinping vient...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant