Elche, le maintien pour rien

le
0
Elche, le maintien pour rien
Elche, le maintien pour rien

Maintenu sur le pré après une saison convaincante, le Elche CF ne reprendra pourtant pas la nouvelle saison en Liga. La faute à des dettes en pagaille et un jeu des chaises musicales au niveau de sa direction. Retour sur un beau gâchis.

"Les gros laissent toujours quelques points en route, comme lorsque nous avons obtenu notre maintien en faisant nul contre Barcelone. Contre le Real, nous avions le match nul en main, mais l'arbitre a commis une erreur en sifflant un penalty inexistant alors que le temps additionnel était dépassé " En février dernier, Fran Escriba ne sait pas encore ce qui l'attend. Lui, alors entraîneur d'un Elche en quête de maintien, ressasse encore quelques décisions qui lui ont coûté son exploit face aux Merengues. Des Blancs qu'il s'apprête à retrouver cette saison pour un derby, cette fois sur le banc de Getafe. Car ses Franjiverdes ne sont plus des pensionnaires de Liga, et ce, malgré un sauvetage acquis sans stress lors du dernier exercice. Depuis ce début de semaine et une décision du Tribunal arbitral du sport (TAS), ils appartiennent à la catégorie des clubs de seconde zone d'Espagne. Une descente non pas sportive, mais judiciaire qui n'a rien de surprenante : ses comptes sont dans le rouge et ses dirigeants discrédités par la Ligue. Dans ce marasme, son public et ses joueurs sont forcément les premiers à trinquer.

Sans salaire, pas sans maintien


À l'instar de nombre de ses homologues, Elche connaît des soucis financiers depuis une éternité. Une spécialité espagnole dont la LFP souhaite se débarrasser depuis déjà quelques saisons. De fait, au début du mois de février, par le biais d'un communiqué laconique, l'instance du football pro outre-Pyrénées annonce "ne plus reconnaître pour les 18 prochains mois le président d'Elche, José Sepulcre, ainsi que le reste de sa direction". De même, une amende de 90 000 euros leur est infligée. La ligue met en cause des irrégularités dans le budget annoncé pour la saison 2013-14 et de nombreux impayés de salaires, aussi bien pour les joueurs que les salariés du club. Cette décision ne tombe pas du ciel : depuis l'été dernier, Elche était dans le collimateur de la justice sportive. De fait, il avait été interdit de recrutement, ce qui avait poussé sa direction technique à miser sur des joueurs en fin de contrat ou de jeunes en mal de temps de jeu. Bref, une stratégie du pauvre qui tombait comme du pain béni pour Fran Escriba, entraîneur ô combien sous-coté, mais capable de miracle insoupçonné.

Pour ce faire, le message de celui qui entraînera désormais Getafe (remplacé par Ruben Baraja sur le banc d'Elche)…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant