Elche fait face à la crise, Cristiano au galop

le
0

Les journées filent, mais le suspense perdure en Liga. Devant, le Real Madrid d'un Cristiano Ronaldo étincelant chasse toujours la bête du Gévaudan catalane. Derrière, Valence relance la course à la troisième place, tandis qu'Elche assure son maintien contre vents et marées.

L'equipazo du week-end
Elle ne paie pas de mine avec son équipe sans noms ronflants, mais elle fait plaisir à voir. En déplacement à la Rosaleda ce week-end, Elche avait les stigmates de la victime expiatoire pour Málaga, un club toujours engagé dans la course à la sixième place. Confiants à l'idée de se rapprocher de Villarreal en entrant sur la pelouse, les Boquerones sont pourtant sortis sous les huées d'un stade à moitié vide. La raison ? Cette formidable équipe d'Elche, composée de joueurs aussi bons qu'inconnus au bataillon. Son gardien Przemysław Tytoń, bref portier de la Pologne lors de l'Euro 2012 et doublure au PSV Eindhoven avant cette année, Fayçal Fajr, meilleur passeur de Ligue 2 avec le Stade Malherbe de Caen l'an passé, ou encore Jonathas, fantasque attaquant de 26 ans sans réel CV, mais dans le pur style joga bonito de sa terre natale. Avec un effectif prêt à jouer le maintien pour la deuxième année consécutive, les Franjiverdes ont mathématiquement accompli leur mission hors de leurs bases, grâce à un succès mérité (1-2). En tout cas, sportivement. Au niveau administratif, le club souffre de problèmes comptables liés à sa direction sportive. Le président du club, José Sepulcre, avait d'ailleurs donné sa démission il y a tout juste une semaine... Avec autant de cœur, ce serait dur, très dur de voir les hommes de Francisco Escriba descendre en fin de saison.
Le Don Quichotte du week-end
Du soleil comme s'il en pleuvait, le cœur en été, et la vie avec Cristiano. Samedi soir, les paroles de Yannick Noah étaient parfaites pour résumer la rencontre entre le FC Séville et le Real Madrid. Grand soleil d'Andalousie pour le début de soirée, de jolies filles au teint hâlé dans les tribunes pour s'imaginer d'ici quelques mois sur les plages en charmante compagnie, mais surtout un play-boy pour péter l'ambiance du Sánchez-Pizjuán. Invaincu dans son antre depuis le 13 mars 2014 et une défaite face au voisin du Bétis, le FC Séville a dû…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant