El Charro Moreno : le meilleur joueur des années 40

le
0
El Charro Moreno : le meilleur joueur des années 40
El Charro Moreno : le meilleur joueur des années 40

De la fameuse Maquina de River Plate, il était l'élément bohème. Aussi à l'aise sur les pistes de danse et derrière les comptoirs que sur le terrain, José Manuel Moreno était surtout l'un des meilleurs footballeurs de son temps.

Échauffement au cœur de la nuit sur le parquet des cabarets, arrivée dans les vestiaires encore endimanché, puis quelques morceaux de poulet bien gras arrosés d'une bouteille de rouge en guise de collation. Voilà le régime drastique qui a fait la légende de José Manuel "el charro" Moreno, l'intérieur droit, et parfois gauche, de la Maquina de River Plate. Vin, viande et tango : recette insolente et imparable pour ce Don Juan porteño au cheveu gominé et à la noire moustache parfaitement taillée. Ceux qui l'ont vu jouer parlent d'un talent irrésistible. "Je n'ai jamais vu de ma vie un joueur aussi fort", dira ainsi Alfredo Di Stéfano, qui côtoya El Charro à River. En Argentine, Moreno est une légende. "Quand l'AFA m'a élu meilleur footballeur argentin de tous les temps, j'étais fasciné, mais en même temps, j'avais honte de laisser derrière moi des noms comme celui de Moreno", considérera Maradona dans sa biographie Yo soy el Diego. Comparer les époques est un exercice trop acrobatique pour garantir des conclusions probantes, mais cela n'empêchait pas El Grafico de se poser cette question en 1993 : José Manuel Moreno a-t-il été meilleur que Maradona et Pelé ?


Tango, cure de lait et vie mondaine


Un fait incontestable : El Charro était la star de la Maquina de River Plate, une équipe référentielle pour avoir produit sans relâche un football ultra-offensif et dynamique. En compagnie de Carlos Muñoz, Adolfo Pedernera, Angel Labruna et Félix Loustau, Moreno a marqué son temps et régalé les tribunes : ses pieds inventaient des stratagèmes et son physique de buffle lui permettait de multiplier les efforts pour semer le désordre sur tout le front de l'attaque. Idole de River, José Manuel Moreno était ironiquement un enfant de la Boca, le quartier portuaire où arrivaient les navires anglais, dont il transportait les volumineuses caisses de linge lors de son adolescence. Sa condition physique, Moreno la travaillera aussi sur les rings de boxe et en dansant le tango. "C'est un très bon exercice, jurait-il, tu dictes le rythme, et tu en changes en un instant, tu travailles la ceinture et les jambes et ne négliges aucun côté." Doté d'une santé de fer, malgré son hygiène de vie particulière, El Charro a débuté sa carrière en 1935, sous les couleurs de River. Avec les…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant