El-Assad dénonce une «guerre menée de l'étranger»

le
0
Le président syrien se dit déterminé à venir à bout de la révolte qui ébranle son régime depuis quinze mois.

Les condamnations internationales n'ont eu aucun effet sur Bachar el-Assad. Le président syrien s'est exprimé dimanche matin devant le «nouveau» Parlement issu des élections du 7 mai, montrant, selon le premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, qu'«il continue d'appréhender les problèmes avec une logique autocratique». À moins, remarque le chef de la diplomatie saoudienne, le prince Saoud al-Fayçal, qu'il ne s'agisse que de «man½uvres» pour «gagner du temps».

Fort des soutiens russe et chinois, Bachar el-Assad, inflexible ou autiste, a dénoncé une nouvelle fois «un complot terroriste tramé à l'étranger». La Syrie, a-t-il dit, affronte «un plan de destruction». À l'en croire, Damas «a essayé tous les moyens politiques» pour sortir de la crise. Mais les terroristes «ne sont pas intéressés par le dialogue ou les réformes. Ils sont chargés d'une mission et ne s'arrêteront que s'ils l'accomplissent ou si nous arrivons à les arrêter».

Une charge...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant