Eiffage voit des signaux positifs dans le BTP

le
0
EIFFAGE CONFIANT SUR L'ACTIVITÉ BTP EN FRANCE
EIFFAGE CONFIANT SUR L'ACTIVITÉ BTP EN FRANCE

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Eiffage n'observe pas de dégradation de l'activité dans le BTP en France et prévoit toujours une hausse de ses résultats cette année, a déclaré vendredi à Reuters le PDG du groupe de BTP et de concessions.

Eiffage avait indiqué fin février qu'il tablait en 2013 sur une légère croissance de son chiffre d'affaires, ressorti à 14 milliards d'euros l'an dernier, sur une hausse de son résultat net et sur une progression de son résultat opérationnel courant, qui a atteint en 2012 un record de 1,2 milliard d'euros.

"Nous confirmons pour l'année 2013 les guidances que nous avons données", a déclaré Pierre Berger. "Pour Eiffage, sur la partie BTP en France, je ne peux pas dire que ça se dégrade. La situation reste tendue, difficile, mais stabilisée, avec tout de même des signaux positifs sur le business des travaux publics."

Pierre Berger a ajouté qu'il n'observait pas de baisse des prises de commandes des collectivités locales, notamment dans le secteur routier. Il a estimé par ailleurs que l'important volume d'appels d'offres dans le génie civil, notamment pour des projets sous-terrains, devrait permettre de prendre le relais des grands travaux de lignes de TGV qui vont s'achever vers 2016.

"Dans le logement, nous commençons à sentir les premiers effets du dispositif fiscal Duflot", a poursuivi le PDG du 4e groupe européen de BTP et de concessions. "Eiffage a enregistré à fin mai beaucoup plus de réservations que l'année dernière. Nous devrions même faire une année historique en nombre d'appartements réservés en 2013."

Comme les autres concessionnaires autoroutiers, Eiffage discute actuellement avec le gouvernement français des moyens de financer de nouveaux investissements dans le réseau moyennant un allongement de la durée des concessions pour les exploitants privés.

"Les discussions sur les investissements autoroutiers avancent. Je ne peux pas vous donner les chiffres parce qu'ils ne sont pas arrêtés. Nous sommes en train d'identifier les travaux que nous pourrions faire, cette phase-là est à peu près terminée", a précisé Pierre Berger. "Nous sommes en train de vérifier les équations économiques sur la base d'un plan de travaux annoncé d'un montant de l'ordre de trois milliards d'euros."

Eiffage réalise environ 80% de son chiffre d'affaires en France, et le reste essentiellement en Europe (Benelux, Allemagne et Espagne). Sur ce dernier marché, où Pierre Berger a tenu malgré la crise à conserver une présence d'Eiffage, la perspective de l'ouverture possible d'appels d'offres pour la rénovation du réseau routier constitue selon lui le premier vrai signal positif depuis 2008.

"Si cela se réalise ce sera un grand bol d'oxygène pour nos équipes espagnoles qui sont sous pression. Nous sommes numéro un de la route en Espagne en termes de matériels et de carrières, donc nous en récupérerons une partie", a indiqué le PDG d'Eiffage. "L'Espagne est en train de souffrir mais je suis persuadé qu'elle va rebondir."

Avec la contribution de Jean-Michel Bélot et Matthieu Protard, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant