Eiffage, Vinci : vers une victoire des sociétés d'autoroutes

le
0
François Hollande et le président des concessions autoroutières de Vinci, Pierre Coppey, inaugurent une portion d'autoroute entre Brive et Tulle, en Corrèze, le 7 février 2015. (© J.-P. Muller / AFP)
François Hollande et le président des concessions autoroutières de Vinci, Pierre Coppey, inaugurent une portion d'autoroute entre Brive et Tulle, en Corrèze, le 7 février 2015. (© J.-P. Muller / AFP)

Il y a peu de mouvements aujourd'hui sur les titres Eiffage et Vinci. Pourtant, après six mois de tempête politique, les sociétés d'autoroutes semblent vouées à sortir victorieuses de leur affrontement avec les pouvoirs publics. Le groupe de travail récemment engagé a conclu qu'elles ne réalisaient pas de «surprofits» et a préconisé des réformes modestes.

Bloc "A lire aussi"

L'épilogue de cette affaire reste à écrire, puisque c'est le gouvernement qui décidera de la forme d'une sortie de crise, après d'ultimes tractations avec les sociétés concessionnaires (SCA). Mais les conclusions du groupe de travail sur l'avenir des concessions autoroutières, base de ces négociations, sont loin de constituer le «big bang» espéré par une partie de la majorité. Elles écartent le scénario d'une résiliation des concessions, le jugeant «particulièrement aventureux» et coûteux.

Elles souhaitent toutefois la mise en œuvre rapide d'un plan de relance autoroutier de 3,2 milliards d'euros - compensé, a priori, par une augmentation de la durée des concessions - et une augmentation de la contribution des concessionnaires autoroutiers au financement des infrastructures, sans la chiffrer.

Le député PS Gilles Savary, membre du groupe de travail, a reconnu mercredi matin sur LCI que «les surprofits (des SCA) ne sont pas établis

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant