Eiffage et Vinci vont contester le gel des tarifs autoroutiers

le
3
EIFFAGE ET VINCI COMPTENT CONTESTER EN JUSTICE LE GEL DES TARIFS AUTOROUTIERS
EIFFAGE ET VINCI COMPTENT CONTESTER EN JUSTICE LE GEL DES TARIFS AUTOROUTIERS

PARIS (Reuters) - Eiffage et Vinci ont annoncé mardi leur intention de contester devant la justice la décision du gouvernement de suspendre la hausse prévue des tarifs des autoroutes.

"Eiffage a pris connaissance du communiqué de presse du Premier ministre relatif aux tarifs autoroutiers (...) APRR et AREA vont contester sans délai la décision illégale de surseoir à l'application de la hausse des péages prévue contractuellement le 1er février 2015", explique le groupe de BTP dans un communiqué.

De son côté, Pierre Coppey, le directeur général délégué de Vinci, a déclaré au micro de RTL que son groupe entendait également contester cette décision.

L'Etat fixe en février de chaque année les tarifs autoroutiers, par arrêté conjoint du ministre des Finances et du ministre de l'Écologie. Le gouvernement a annoncé mardi qu'il suspendait les hausses prévues au 1er février afin de laisser à un groupe de travail parlementaire le temps d'examiner les discussions en cours sur les autoroutes.

(Matthias Blamont, édité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • grinchu1 le mardi 27 jan 2015 à 19:51

    c'est le contribuable qui paiera les pots cassés, comme d'habitude et comme aujourd'hui la note d'un milliard d'euros réclamée par Bruxelles...

  • Ale.Haut le mardi 27 jan 2015 à 19:38

    Et le gouvernement veut nous faire croire qu'annuler 0,57% redonne du pouvoir d'achat? 15€ de péage par mois au lieu de 15,85??? Et qui paye 15€ de péage par mois. Aucune confiance dans ce gouvernement.

  • M2030489 le mardi 27 jan 2015 à 19:30

    Les concessionnaires ont bien raison : qui est cet Etat qui ne respecte pas sa signature ? Combien leurs bravades vont encore coûter aux contribuables qui devront payer les dommages et intérêts auxquels l'Etat sera inéluctablement condamné ? La mésaventure des portique écotaxe ne leur a rien appris...