Eiffage construira la ligne à grande vitesse Le Mans-Rennes

le
0
La troisième major française du BTP remporte ce contrat de 3,4 milliards d'euros face à Bouygues et Vinci. Eiffage grimpe en Bourse tandis que Bouygues corrige. Vinci réagit peu.

Voilà un beau cadeau de bienvenue pour Pierre Berger, arrivé chez Eiffage début janvier pour succéder en juillet à l'actuel PDG, Jean-François Roverato. Son nouveau groupe a été choisi pour construire et exploiter pendant vingt-cinq ans la liaison ferroviaire entre Le Mans et Rennes. Un mégacontrat de 3,4 milliards d'euros.

Pour Eiffage, cette victoire tombe à point nommé, car la troisième major française du BTP n'avait pas remporté de grosse affaire depuis deux ans et demi. Dans cette opération, le grand vaincu s'appelle ­Bouygues, une nouvelle fois recalé par RFF (Réseau ferré de France). Vinci, lui, n'a pas grand-chose à regretter. L'année dernière, après avoir remporté le contrat GSM Rail (1,4 milliard), il avait aussi été retenu pour construire et exploiter pendant cinquante ans la liaison entre Tours et Bordeaux. Une opération à 7,8 milliards. Et on imaginait mal que le groupe de Xavier Huillard puisse décrocher un troisième contrat avec RFF.

À

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant