Egypte : vers la dissolution des Frères musulmans

le
0
Egypte : vers la dissolution des Frères musulmans
Egypte : vers la dissolution des Frères musulmans

Deux mois après la destitution du président islamiste Mohamed Morsi, suivie d'arrestations de la majorité des leaders islamistes de l'ancien pouvoir, le général Sissi accentue la répression contre le mouvement des Frères musulmans. Au lendemain d'une tentative d'assassinat contre le ministre de l'Intérieur, le nouveau pouvoir a décidé de dissoudre les Frères musulmans en tant qu'organisation non gouvernementale. C'est ce que rapporte vendredi le journal officiel égyptien Al-Akhbar. La justice égyptienne avait recommandé, lundi dernier, sa dissolution.

L'information n'est, pour le moment, pas confirmée par les autorités au Caire. Mais le très officiel quotidien affirme que la «décision du ministre a été publiée», mais «ne sera annoncée qu'en début de semaine prochaine lors d'une conférence de presse». Al-Akhabar cite le porte-parole du ministre de la solidarité sociale.

De nouvelles manifestations

Pendant ce temps, les militants islamistes de baissent pas les bras. Quelques milliers de manifestants réclament toujours le retour de Mohamed Morsi aujourd'hui, comme chaque vendredi en trois semaines d'une répression sanglante. Des affrontements entre partisans et opposants au président islamiste auraient fait deux morts à Alexandrie et près de Damietta. Depuis le 14 août, l'armée et la police, qui ont reçu l'autorisation de tirer sur tout manifestant qui se montrerait hostile, dispersent violemment presque tous les rassemblements des pro-Morsi, organisés en général par les Frères musulmans.

Un millier de personnes ont été tuées essentiellement la première semaine, pour l'immense majorité des manifestants pro-Morsi. Plus de 2.000 Frères musulmans ont été arrêtés, dont les principaux leaders de l'influente confrérie dont est issu Morsi. Cinquante deux d'entre-eux ont été condamnés récemment à de la prison ferme, dont un à la perpétuité.

Le gouvernement intérimaire mis en place par l'armée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant