Egypte : une foule de pro-Morsi manifeste au Caire

le
0
Egypte : une foule de pro-Morsi manifeste au Caire
Egypte : une foule de pro-Morsi manifeste au Caire

L'Egypte reste sous tension pour ce premier vendredi du ramadan. Sa capitale, Le Caire, doit à nouveau être le théâtre de manifestations rivales. Tandis que des dizaines de milliers de partisans de Mohamed Morsi se sont rassemblés devant une mosquée de la ville, les opposants au président déchu sont attendus en fin de journée sur l'emblématique place Tahrir. Une double démonstration de force qui fait craindre de nouvelles violences.

A la mi-journée, les pro-Morsi étaient déjà très nombreux devant la mosquée Rabaa al-Adawiya qu'ils occupent depuis deux semaines, dans le quartier de Nasr City. Un coran dans une main, un drapeau égyptien dans l'autre, les manifestants islamistes, venus de diverses régions, ont fustigé l'armée et réaffirmé leur allégeance à Mohamed Morsi.

Morsi n'est pas apparu en public depuis le 3 juillet

Un haut responsable islamiste, Safwat Hegazi, a lancé la foule : «Nous allons poursuivre la résistance. Nous resterons un mois, deux mois, et même un an ou deux s'il le faut. Nous ne partirons pas d'ici avant le retour de notre président.»

Ce dernier se trouve, selon les autorités, «en lieu sûr» et est «traité dignement». Il n'est en revanche pas apparu en public depuis son arrestation, dans la foulée de sa destitution le 3 juillet.

Rejetant le processus politique engagé par les nouvelles autorités, Safwat Hegazi a martelé les exigences du camp des Frères musulmans: retour immédiat du premier président élu démocratiquement, organisation d'élections législatives et création d'un comité chargé d'élaborer un plan de réconciliation nationale.

A quelques kilomètres de là, la place Tahrir était quasi vide, sous le soleil écrasant d'été. Seuls quelques douzaines de manifestants écoutaient un prêche. Le grand rendez-vous était fixé pour la tombée du jour. «Avec la chaleur et le ramadan, les gens restent chez eux durant la journée. Mais ce soir, ils vont venir par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant