Egypte : un bâtiment de l'université du Caire incendié, un étudiant tué

le
0
Egypte : un bâtiment de l'université du Caire incendié, un étudiant tué
Egypte : un bâtiment de l'université du Caire incendié, un étudiant tué

Au lendemain de la vague d'arrestations de membres des Frères musulmans et de heurts meurtriers, la tension ne faiblit pas au Caire (Egypte). Un étudiant de 19 ans a été tué par balle et 60 autres arrêtés, ce samedi matin, dans des affrontements entre la police et des partisans des Frères musulmans qui avaient mis le feu à un bâtiment de la faculté de Commerce de l'université Al-Azhar, dans la capitale égyptienne.

Dans la matinée, des étudiants islamistes ont pénétré dans la faculté de Commerce, y ont interrompu un examen et ont mis le feu au bâtiment. Des policiers et des membres des forces de sécurité ont répondu en lançant des gaz lacrymogènes sur les manifestants pour les disperser. L'incendie, qui a ravagé deux étages, a été éteint par les pompiers.

Au Caire, la police a par ailleurs annoncé avoir désamorcé une bombe placée dans un bus, quelques jours après une explosion ayant fait plusieurs blessés dans la capitale. Et les forces de l'ordre ont aussi fait usage de gaz lacrymogènes contre des étudiants à l'université de Zagaziq, au nord du Caire, selon des responsables de sécurité.

Engrenage de violences

Les partisans des Frères musulmans protestent contre la direction d'Al-Azhar, la plus haute institution sunnite, qui avait soutenu l'armée lors de la destitution du président Mohamed Morsi début juillet. Ils s'insurgent également contre le fait que leur organisation a déclarée «groupe terroriste» par les autorités égyptiennes, mercredi. Vendredi, plus de 250 de manifestants islamistes avaient été arrêtés lors d'affrontements violents avec la police, dans plusieurs villes du pays, selon les services de sécurité. Cinq personnes sont mortes lors d'affrontements entre pro et anti-Frères musulmans.

Les dirigeants de la confrérie risquent désormais la peine capitale pour «terrorisme», selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Hany Abdel Latif. Ses membres sont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant