Egypte : trois femmes tuées lors d'affrontements entre pro et anti-Morsi

le
0
Egypte : trois femmes tuées lors d'affrontements entre pro et anti-Morsi
Egypte : trois femmes tuées lors d'affrontements entre pro et anti-Morsi

La confusion continue de régner en Egypte plus de deux semaines après le renversement de Mohamed Morsi, le 3 juillet, par l'armée. Alors que des dizaines de milliers de ses partisans se sont rassemblés vendredi dans tout le pays pour réclamer le retour du président islamiste déchu, trois femmes ont été tuées lors d'affrontements entre factions rivales. Depuis le renversement de Mohamed Morsi, les violences ont fait plus d'une centaine de morts.

Trois morts et au moins sept blessés. Dans la ville de Mansura, dans le delta du Nil, des affrontements meurtriers se sont déroulés vendredi entre partisans de l'ancien président et opposants. «Trois personnes ont été tuées et sept blessées par des tirs de chevrotine et à l'arme blanche», a déclaré Adel Saïd, un responsable de l'hôpital local, précisant que les personnes tuées étaient des femmes.

Les deux camps continuent de mobiliser. Aucun compromis ne semble en vue entre les deux camps, qui paraissent irréconciliables. Les Frères musulmans, mouvement dont est issu Mohamed Morsi, dénoncent un «coup d'Etat militaire» mené par le général Abdel Fattah al Sissi contre le premier président élu démocratiquement en Egypte. Vendredi, des milliers de ses partisans sont descendus dans la rue dans différentes villes pour exiger son rétablissement dans ses fonctions. L'armée affirme n'avoir fait que répondre aux exigences de la population en déposant un chef d'Etat de plus en plus contesté. Elle a effectué une nouvelle démonstration de force vendredi lorsque huit chasseurs ont survolé la capitale dans la matinée puis dans l'après-midi, tandis que deux formations d'hélicoptères, ayant pour certains un drapeau égyptien flottant derrière eux, passaient au-dessus des toits.

Le président par intérim déterminé. Désigné par l'armée, Adly Mansour, a indiqué jeudi qu'il mènerait «la bataille pour la sécurité jusqu'au bout» face à la volonté des islamistes de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant