Egypte : si Moubarak est libéré, il restera en résidence surveillée

le
0
Egypte : si Moubarak est libéré, il restera en résidence surveillée
Egypte : si Moubarak est libéré, il restera en résidence surveillée

Quelque soit l'avis du parquet général, Hosni Moubarak ne sera pas totalement libre ce jeudi. Au lendemain de l'arrestation du Guide suprême de la confrérie islamiste Mohamed Badie, un tribunal a ordonné mercredi la remise en liberté de Hosni Moubarak dans une affaire d'enrichissement illicite dans laquelle l'ex-président égyptien a remboursé la somme (1,5 millions d'euros). Les poursuites sont ainsi annulées et il pourrait éventuellement sortir jeudi. Toutefois, dans la soirée les autorités militaires ont ordonné qu'il soit placé en résidence surveillée s'il est libéré.

Condamné à la perpétuité en juin 2012 pour la répression des manifestations début 2011 où 850 personnes périrent, l'ancien homme fort de l'Egypte a fait appel. La Cour de cassation a ordonné en janvier un nouveau procès qui a débuté le 17 août. Mais comme Moubarak a déjà effectué la détention préventive légale dans ce type de procédure, rien dans la loi n'oblige à le garder en prison. Dans le cas où il serait libéré, il sera en résidence surveillée jusqu'à la fin du procès. «Dans le cadre de la loi sur l'état d'urgence, (le pouvoir militaire, Ndlr) a ordonné que Moubarak soit placé en résidence surveillée», a annoncé un communiqué du gouvernement mis en place par l'armée après la destitution le 3 juillet de l'islamiste Mohamed Morsi.

Une concertation avec le parquet général jeudi

Il n'a pas pu être remis en liberté mercredi «parce que les administrations sont fermées» en cette fin de journée, a expliqué, à la télévision d'Etat, Mostafa Baz, chargé de mission du ministère de l'Intérieur pour les affaires pénitentiaires. «Demain, il y aura une concertation avec le parquet général sur la question de savoir s'il est remis en liberté ou poursuivi pour d'autres chefs d'accusation», a-t-il précisé.

Mais jusqu'ici, de nouvelles accusations étaient venues s'ajouter après chaque décision de remise en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant