Egypte : sept morts lors d'attaques visant la police et l'armée

le
0
Egypte : sept morts lors d'attaques visant la police et l'armée
Egypte : sept morts lors d'attaques visant la police et l'armée

La flambée de violence se poursuit ce lundi en Egypte avec sept nouveaux morts enregistrés lors d'attaques visant la police et l'armée, tandis qu'un important centre satellitaire a été touché par des roquettes au Caire.

Cinq soldats ont été tués à Ismaïliya (nord), où des groupes islamistes ciblent fréquemment les forces de sécurité depuis que l'armée a destitué et arrêté le 3 juillet Mohamed Morsi, premier chef de l'Etat élu démocratiquement en Egypte, selon une source de sécurité. Dans la péninsule du Sinaï, deux personnes ont été tuées dans un attentat à la voiture piégée devant un commissariat de police. Selon des témoins, le véhicule avait été garé devant l'entrée principale du commissariat d'Al-Tur, dans le sud de la péninsule où les groupes islamistes sont également très actifs.

Dans la capitale, plusieurs roquettes tirées par des inconnus ont endommagé une gigantesque antenne de communication satellitaire, selon des responsables de la sécurité. Ces tirs visaient un regroupement de plusieurs antennes dans le quartier huppé de Maadi, et l'une des roquettes a troué l'une d'elle qui sert à relayer les communications téléphoniques internationales.

Ces nouvelles attaques surviennent au lendemain de heurts meurtriers entre partisans du président islamiste déchu Mohamed Morsi et les forces de l'ordre. Dimanche, au moins 50 personnes ont péri lors d'affrontements au Caire et dans de nombreuses villes d'Egypte à l'occasion du 40e anniversaire de la guerre israélo-arabe de 1973.

Chacun se renvoie la responsabilité des violences meurtrières

Les autorités et les pro-Morsi s'accusent mutuellement de la responsabilité de ces heurts meurtriers. Un responsable du ministère de l'Intérieur avait concédé dimanche soir que toutes les personnes tuées, dont la quasi-totalité au Caire, étaient des civils.

Les manifestants pro-Morsi «pacifiques» ont «été attaqués de sang-froid par les forces ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant