Egypte : rencontre entre le chef de l'armée et des dirigeants islamistes

le
0
Egypte : rencontre entre le chef de l'armée et des dirigeants islamistes
Egypte : rencontre entre le chef de l'armée et des dirigeants islamistes

Plus d'un mois après la destitution du président égyptien Mohamed Morsi, ses partisans ne baissent pas les bras, malgré les demandes menaçantes du gouvernement de cesser de manifester. Ce dimanche matin, après s'être entretenu avec le secrétaire d'Etat américain adjoint, William Burns, le Parti de la liberté et de la justice (PLJ), bras politique des Frères musulmans en Egypte, se dit engagé dans un processus de «légitimité qui stipule le retour du président, le rétablissement de la Constitution et de la chambre haute du Parlement (Choura)».

Si le PLJ laisse la porte ouverte à une solution politique, il fixe ses conditions : «Nous affirmons que nous accueillerons toute solution politique proposée sur la base de la légitimité constitutionnelle et le rejet du coup d'Etat.» Le communiqué du PLJ laisse entendre que la visite surprise de Wiliam Burns, survenant à la suite d'autres efforts internationaux, n'a pas contribué à changer cette position.

Ces déclarations interviennent alors que le chef de l'armée et véritable homme fort de l'Egypte, le général Abdel Fattah al-Sissi, a rencontré dans la nuit des dirigeants islamistes pour tenter de trouver une issue pacifique aux manifestations des partisans du président déchu, ont annoncé ce dimanche les militaires dimanche. Le général Sissi, qui a destitué Morsi le 3 juillet, «a souligné qu'il y a encore des chances pour une solution pacifique à la crise à condition que toutes les parties rejettent les violences», a déclaré dans un communiqué le porte-parole de l'armée, le colonel Ahmed Aly, sans toutefois préciser quels «dirigeants islamistes» il avait rencontré. Depuis Washington, le secrétaire à la Défense, Chuck Hagel, a exhorté le général Sissi à soutenir un processus politique «ouvert à tous».

Une source militaire a indiqué que six figures politiques et religieuses avaient participé à ces discussions. En revanche, aucun dirigeant des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant