Egypte-Prison confirmée pour un ex-candidat à la présidentielle

le
0

LE CAIRE, 14 avril (Reuters) - Le salafiste et ancien candidat à l'élection présidentielle égyptienne de 2012 Azem Salah Abou Ismaïl a vu sa condamnation à sept ans de prison pour falsification de documents officiels confirmée mardi en appel, a annoncé son avocat. Ce fondamentaliste est l'une des nombreuses personnalités politiques arrêtées par l'armée après le renversement, en juillet 2013, de l'islamiste Mohamed Morsi, premier président égyptien démocratiquement élu. Abou Ismaïl n'avait finalement pu se présenter à l'élection présidentielle de 2012 parce qu'il était apparu que sa mère avait la nationalité américaine, ce qui suffisait à disqualifier sa candidature, selon ce qu'avait déclaré la commission électorale à l'époque. L'ex-candidat a été condamné à sept ans de prison en avril 2014 pour falsification de documents officiels liés à la nationalité de sa mère. Son recours en appel a été déclaré irrecevable mardi, a indiqué son avocat, Al Mouchir Ahmed. Des milliers de personnes ont été arrêtées après l'éviction de Mohamed Morsi et nombre d'entre elles ont été condamnées à de lourdes peines. Samedi, Mohamed Badie, le guide suprême des Frères musulmans, mouvance d'où est issu le président Morsi, a été condamné à mort avec 13 autres membres de la confrérie. (voir ID:nL5N0X808E (Mahmoud Mourad; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant