Égypte : présidentielle sous haute tension

le
0
Le second tour de ce week-end oppose le candidat des islamistes à une figure de l'ancien régime.

Elle était présentée comme la première élection présidentielle libre de l'histoire de l'Égypte et devait conduire à la remise des clés du pays aux civils et au retour des militaires dans leurs casernes. Cependant le second tour du scrutin, qui se déroule aujourd'hui et demain, a un goût amer après les arrêts de la Haute Cour constitutionnelle. «Retournez d'où vous venez», titrait vendredi matin le journal indépendant el-Shorouq.

L'avenir reste flou

Jeudi, la plus haute instance juridique du pays a annoncé l'invalidation d'un tiers de la Chambre basse du Parlement, composé de députés indépendants au motif que leur élection serait illégale. Cette décision devrait entraîner la dissolution du Parlement dans son ensemble, qui sera alors annoncée soit par le Conseil suprême des forces armées, qui dirige le pays depuis la chute de Moubarak, soit par le futur président.

Dans un autre arrêt, la Haute Cour a validé la candidature d'Ahmed Chafiq, qualifié pour le sec

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant