Egypte : peine de mort pour le chef des Frères musulmans et 700 pro-Morsi

le
0
Egypte : peine de mort pour le chef des Frères musulmans et 700 pro-Morsi
Egypte : peine de mort pour le chef des Frères musulmans et 700 pro-Morsi

Le chef des Frères musulmans en Egypte a été condamné à mort ce lundi, en même temps que quelque 700 partisans présumés du président islamiste destitué, Mohamed Morsi. Mohammed Badie, est le guide suprême des Frères musulmans, confrérie vieille de 85 ans qui avait remporté toutes les élections depuis la chute du président Hosni Moubarak début 2011, avant d'être déclarée «terroriste» en décembre.

Le même tribunal, dans la ville de Minya, dans le centre du pays, a par ailleurs commué en prison à vie 492 des 529 peines capitales qu'il avait prononcées il y a un mois pour d'autres partisans de la confrérie. Ces personnes sont accusées d'avoir participé à des manifestations violentes à Minya, le 14 août, le jour même où quelque 700 manifestants pro-Morsi tombaient sous les balles des policiers et soldats au Caire. Elles ont été jugées dans les plus grand procès de masse de l'Histoire récente, selon l'ONU qui s'en était ému fin mars.

Pour les 37 condamnés à mort du procès des 500, conformément à la loi égyptienne, la peine de mort doit encore être validée par le mufti, représentant de l'islam auprès de l'Etat.

Ces condamnations interviennent alors que l'ex-chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi a invité dimanche les Egyptiens à voter en masse lors de l'élection présidentielle des 26 et 27 mai, pour laquelle il est donné grand favori. L'homme fort du régime égyptien fait face dans ce scrutin à un seul rival, le candidat de gauche Hamdeen Sabbahi. Les Frères musulmans et d'autres formations islamistes ont décidé de boycotter l'élection dans un climat extrêmement délétère.

Depuis la destitution de Mohamed Morsi par l'armée le 3 juillet, la répression des islamistes a fait plus de 1.400 morts et conduit à quelque 15.000 arrestations. Depuis décembre, au moins 1.000 islamistes ont été condamnés à l'issue de procès de masse généralement expéditifs à des peines allant de six mois ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant