Egypte : nouveaux affrontements au Caire, 7 morts et plus de 260 blessés

le
0
Egypte : nouveaux affrontements au Caire, 7 morts et plus de 260 blessés
Egypte : nouveaux affrontements au Caire, 7 morts et plus de 260 blessés

L'Egypte reste sous tension. En marge de manifestations de partisans du président déchu Mohamed Morsi, des affrontements avec les force de l'ordre ont eu lieu au Caire dans la nuit de lundi à mardi. Sept personnes sont mortes et au moins 260 autres sont blessées. 401 ont été interpellées.

Parmi les victimes, cinq personnes ont été tuées dans le quartier de Guizeh (sud-ouest) où l'on dénombre environ 125 blessés. Deux autres ont été tuées dans le secteur de Ramses, proche d'un des principaux ponts sur le Nil et de la place Tahrir. Là, ce sont encore 130 Egyptiens qui ont été touchés.

Alors qu'une autre manifestation avait lieu lundi soir aux abords de la mosquée Rabaa al-Adawiya pour exiger le retour de Morsi, six personnes ont également été blessées. Depuis le renversement du président par l'armée le 3 juillet, les violences ont déjà fait plus de 100 morts dans le pays.

La démocratie peut-elle apaiser les tensions ?

La semaine dernière pourtant, sur l'emblématique place Tahrir, la fête avait succédé à l'annonce par l'armée de la destitution du président islamiste. Dans ce lieu symbolique du soulèvement anti-Moubarak, début 2011, où des manifestations monstres ont lieu depuis le 30 juin, des groupes de manifestants avaient pris dans leurs bras des membres des forces de sécurité, les qualifiant de héros. Des feux d'artifice avaient illuminé le ciel.

Le 9 juillet, face à cette crise politique, la présidence intérimaire avait annoncé la tenue d'élections législatives d'ici la fin de l'année. La déclaration constitutionnelle prévoit la nomination d'ici moins de 15 jours d'un comité constitutionnel qui aura deux mois pour présenter ses amendements au président intérimaire. Celui-ci devra ensuite les soumettre à un référendum populaire sous un mois. A partir de là, des législatives seront organisées sous deux mois.

Dans la journée de dimanche, l'ex-chef de l'État, ainsi que d'autres membres ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant