Egypte : Moubarak se dit certain d'être jugé «justement» par l'Histoire

le
0
Egypte : Moubarak se dit certain d'être jugé «justement» par l'Histoire
Egypte : Moubarak se dit certain d'être jugé «justement» par l'Histoire

Depuis sa démission en février 2011, l'ex-président égyptien Hosni Moubarak ne s'était pas exprimé. Alors qu'il comparaît pour un second procès devant le tribunal du Caire pour la mort de manifestants pendant la révolte qui a provoqué sa chute, et pour corruption, un journaliste d'«Al-Watan» (quotidien égyptien arabophone, réputé pour être très critique vis-à-vis des islamistes au pouvoir) a réussi à lui parler, samedi en marge du premier jour de l'audience.

Dans ces propos publiés dimanche par le journal, Hosni Moubarak, âgé de 85 ans, s'est dit certain qu'il serait jugé «justement» par les générations futures. «J'ai dit par le passé que l'Histoire serait témoin et jugerait, et je suis toujours certain que les prochaines générations me jugeront justement», a déclaré l'ex-chef d'Etat au quotidien.

Interrogé sur son successeur Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans et bête noire de l'ancien président pendant ses presque 30 ans à la tête du pays, Hosni Moubarak a estimé qu'il était encore trop tôt pour le juger. «Je ne veux pas parler de ce sujet mais en fin de compte, il s'agit d'un nouveau président, qui exerce ses lourdes fonctions pour la première fois et il ne faut pas le juger maintenant.»

«Le secret de ma tristesse»

Par ailleurs, l'ancien président s'est aussi dit «très, très triste» pour les Egyptiens les plus pauvres, concernant la dégradation de la situation économique et sécuritaire du pays. «J'ai pris soin tout au long de ma présidence des personnes à faibles revenus (...) et je refusais de prendre toute mesure contre eux. C'est le secret de ma tristesse, de voir la situation des personnes à revenus modestes» a-t-il assuré. Pourtant, l'un des slogans phares de la révolte qui l'a renversé était : «Pain, liberté, justice sociale»...

En outre, alors que le FMI et l'Egypte sont engagés depuis plusieurs mois dans de difficiles discussions autour d'un prêt de 4,8...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant