Egypte : Moubarak acquitté, un mort lors d'échauffourées avec la police

le
0
Egypte : Moubarak acquitté, un mort lors d'échauffourées avec la police
Egypte : Moubarak acquitté, un mort lors d'échauffourées avec la police

Hosni Moubarak échappe à une nouvelle peine de prison. L'ancien président égyptien, poursuivi pour complicité de meurtres de manifestants lors de la révolte de 2011, qui a mis fin à son règne de trente ans, a été acquitté ce samedi. Un tribunal a décidé de le blanchir des accusations de meurtre. Cette décision a déclenché de violentes manifestations, lors desquelles une personne a trouvé la mort samedi soir.

L'ex-président âgé de 86 ans et qui a régné d'une main de fer pendant trente ans, va rester en détention dans un hôpital militaire car il purge actuellement une peine de prison de trois ans pour une autre affaire de corruption.

Transporté à l'hôpital après le verdict, il est apparu au balcon de sa chambre, installé dans un fauteuil roulant et lunettes de soleil sur le nez, pour saluer ses partisans venus lui exprimer leur soutien. «Je n'ai rien fait de mal», a-t-il affirmé dans une interview par téléphone à la télévision, peu après l'annonce de la délibération.

Manifestation et interpellations place Tahrir

Peu après l'énoncé du verdict, jusqu'à un millier de manifestants se sont rassemblés près d'une entrée de l'emblématique place Tahrir au Caire, épicentre de la révolte de 2011. Les militants de la tendance laïque ont été rejoints là par des partisans des Frères musulmans, la confrérie désormais interdite, scandant: «Le peuple exige la chute du régime» ou encore «Ils ont innocenté l'assassin, le sang de nos frères n'a pas coulé en vain». La place était bouclée par l'armée qui avait déployé dès la veille ses blindés et des renforts en prévision des manifestations organisées par l'opposition islamiste.

Les échauffourées entre manifestants et la police ont fait un mort, a-t-on appris dans la soirée. L'homme a été tué soit par balle, soit par un tir de grenaille «lors des heurts», a précisé un responsable du ministère de la Santé. Les policiers ont fait usage de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant