Egypte-Morsi soupçonné d'avoir livré des secrets d'Etat au Qatar

le
0

(Actualisé avec précisions du parquet, peine encourue, réactions, contexte) LE CAIRE, 6 septembre (Reuters) - L'ex-président égyptien Mohamed Morsi et plusieurs de ses conseillers ont été inculpés samedi d'atteinte à la sûreté de l'Etat pour avoir livré des secrets d'Etat et autres informations sensibles au Qatar, a fait savoir le parquet. Les relations entre l'Egypte et le Qatar sont tendues depuis que l'armée égyptienne, alors emmenée par l'actuel président Abdel Fattah al Sissi, a destitué par la force Mohamed Morsi en juillet 2013. Le premier président égyptien démocratiquement élu et les Frères musulmans dont il est issu avaient le soutien de Doha. Le parquet a annoncé samedi qu'une enquête secrète menée par ses soins avait permis de découvrir suffisamment de preuves d'espionnage pour faire comparaître Mohamed Morsi et neuf autres personnes en procès. Les accusés encourent la peine de mort. "Les recherches (...) ont mis au jour des faits humiliants et l'ampleur du plus vaste complot et de la trahison commis par l'organisation terroriste des Frères contre le pays via un réseau d'espions", écrit le parquet dans un document de trois pages. D'après le parquet, des collaborateurs de Mohamed Morsi ont participé à la transmission au Qatar et à la chaîne de télévision Al Djazira, dont le siège se trouve dans l'émirat, de documents détaillant les armements des forces armées égyptiennes ainsi que leur localisation et fournissant des informations sur la politique du pays en matières diplomatique et intérieure. Le ministère des Affaires étrangères du Qatar n'a pas réagi dans l'immédiat. Al Djazira, expulsée d'Egypte, dément toute partialité dans sa couverture des événements dans ce pays et toute collaboration avec les Frères musulmans. La confrérie islamiste, déclarée organisation terroriste en décembre, qualifie ces nouvelles accusations de politiques. La destitution de Mohamed Morsi a été suivie d'une répression tous azimuts contre les Frères musulmans, dont des centaines de partisans ont été tués et des milliers d'autres emprisonnés, dont l'ancien président lui-même. Mohamed Morsi est jugé ou va être jugé dans le cadre de cinq procès distincts, pour des accusations allant d'incitation à la violence à outrage à la justice. (Lin Noueihed, Jean-Philippe Lefief et Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant