Egypte : levée de l'état d'urgence

le
0
Egypte : levée de l'état d'urgence
Egypte : levée de l'état d'urgence

L'Egypte respire un peu mieux. Trois mois après son entrée en vigueur, la justice a ordonné, mardi, la levée de l'état d'urgence dans le pays. Le gouvernement, sous la houlette du général Sissi, l'avait mis en place après les violentes manifestations qui ont fait plus d'un millier de morts entre pro et anti-Mohammed Morsi.

Washington a immédiatement salué cette levée, une mesure exceptionnelle imposée en août par les forces de sécurité et que les Etats-Unis ont toujours condamnée. Le porte-parole du département d'Etat, Jennifer Psaki a, toutefois, exprimé les «inquiétudes» de son gouvernement face à des projets des autorités du Caire de «légiférer en matière de sûreté».

«Nous exhortons le gouvernement à respecter les droits de tous les Egyptiens, ce qui implique d'assurer qu'ils puissent exercer dans le calme leur liberté de rassemblement et d'expression», a-t-elle déclaré, répétant la position de la diplomatie américaine à l'égard des autorités civiles mises en place par l'armée après le renversement, le 3 juillet, du président islamiste Mohamed Morsi, toujours en détention. Son procès a été reporté récemment.

Nouvelles régulations des rassemblements

Le tribunal égyptien a ordonné, deux jours avant la date prévue, la fin de l'état d'urgence et du couvre-feu en vigueur au Caire et dans plusieurs villes égyptiennes, imposé mi-août alors que les forces de sécurité réprimaient dans le sang les manifestations des partisans du président déchu. Cependant, le gouvernement a annoncé qu'il respecterait la décision mais attendrait une notification officielle avant de l'appliquer.

L'état d'urgence donne de larges pouvoirs aux services de sécurité, mais selon les dispositions établies par décret par le président Mansour, il n'était pas possible de l'étendre de nouveau sans un référendum.

Le président par intérim Adly Mansour doit d'ailleurs promulguer bientôt par décret de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant