Egypte : les procès de Moubarak et des Frères musulmans reportés

le
0
Egypte : les procès de Moubarak et des Frères musulmans reportés
Egypte : les procès de Moubarak et des Frères musulmans reportés

Deux procès très attendus ajournés en quelques heures. Un tribunal du Caire a ajourné dimanche au 14 septembre le procès en appel de l'ex-président égyptien Hosni Moubarak pour «complicité de meurtres» de manifestants lors de la révolte populaire de 2011 qui l'a renversé.

L'audience s'était ouverte quelques heures avant. L'ancien président est apparu en position assise sur un brancard, derrière les barreaux de la cellule réservée aux accusés au sein du tribunal, en compagnie de neuf co-accusés dont ses deux fils. Placé en liberté conditionnelle, l'ex-chef de l'Etat a pu quitter sa prison et se trouve actuellement assigné dans un hôpital militaire du Caire.

Hosni Moubarak a déjà été condamné en juin 2012. Son procès en première instance avait conclu à une culpabilité de «complicité» dans le meurtre de manifestants. Il a été condamné à la prison à perpétuité et a fait appel. La Cour de cassation a ordonné un nouveau procès, suspendu le 11 mai dernier.

Le procès des Frères musulmans également reporté

L'autre procès du jour, celui pour «incitation au meurtre» des trois principaux chefs des Frères musulmans, également prévu dans la capitale égyptienne, a été reporté au 29 octobre. Le Guide suprême Mohamed Badie, ainsi que ses deux adjoints, Khairat al-Chater et Rachad Bayoumi, actuellement incarcérés, et 32 autres accusés n'étaient pas présents pour des «raisons de sécurité».

Les trois principaux accusés ont été arrêtés dans la nuit de lundi à mardi dans un appartement du Caire, où ils se cachaient. Ils sont accusés «d'incitation au meurtre» de manifestants le 30 juin. Ce jour-là, des manifestations massives avaient déferlé dans tous le pays pour demander le départ de Mohamed Morsi. Dans la foulée, l'armée déposait le président élu.

Ces audiences interviennent en plein chaos politique : depuis la chute de Mohamed Morsi le 3 juillet, le pouvoir est exercé par ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant