Egypte : les partisans de Morsi n'ont pas beaucoup mobilisé

le
0
Egypte : les partisans de Morsi n'ont pas beaucoup mobilisé
Egypte : les partisans de Morsi n'ont pas beaucoup mobilisé

Comme tous les vendredis, les partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée le 3 juillet ont manifesté. Ils avaient appelé des millions d'Egyptiens à descendre dans la rue. Mais, décimés par 10 jours de répression sanglante et décapités par l'arrestation de leurs leaders, les Frères musulmans n'ont mobilisé que quelques milliers de personnes.

Ils avaient annoncé à la presse 28 manifestations au Caire. Mais, pas plus de cinq défilés réunissant quelques milliers de manifestants ont été recensés dans la capitale, selon des journalistes de l'AFP. Aucun affrontement n'a été rapporté au Caire, où les mobilisations ont été pacifiques. En revanche, à Tanta, dans le delta du Nil, la police a dispersé des manifestants avec des grenades lacrymogènes après des heurts entre les camps adverses qui ont fait un mort.

Répression sanglante, meneurs arrêtés, couvre-feu

Avant le début de la répression de leurs rassemblements à la mi-août, les Frères musulmans mobilisaient des dizaines, voire des centaines de milliers de manifestants au Caire et dans les autres grandes villes mais près d'un millier de personnes ont péri en moins d'une semaine après le premier assaut sanglant de l'armée et de la police le 14 août au Caire. En outre, quelque 2 000 militants actifs et cadres des Frères musulmans, selon des responsables de la sécurité, ont été arrêtés depuis, essentiellement les meneurs et organisateurs des manifestations. Leur dirigeant Mohamed Badie a été interpellé dans la nuit de lundi à mardi. Lui ainsi que ses deux adjoints, Khairat al-Chater et Rachad Bayoumi, doivent comparaître à partir de dimanche notamment pour «incitation au meurtre».

Depuis cinq jours, malgré les appels quotidiens à manifester, les rassemblements font long feu faute de participants. D'autant que les grandes villes -en particulier Le Caire-sont sous le joug de l'état d'urgence et d'un couvre-feu, avec leurs grands ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant