Egypte: les Frères musulmans déclarés «organisation terroriste»

le
0
Egypte: les Frères musulmans déclarés «organisation terroriste»
Egypte: les Frères musulmans déclarés «organisation terroriste»

Au premier rang des accusés dans la violence qui secoue l'Egypte depuis cet été, les Frères musulmans sont officiellement déclarés, mercredi, «organisation terroriste». Le coup de grâce est intervenu au lendemain d'un attentat ayant fait quinze morts contre le QG de la police, à Mansoura, dans le nord du pays.

Les Frères musulmans du président destitué Mohamed Morsi ont été pointés du doigt immédiatement par les autorités. Eux ont aussitôt condamné l'attaque. Mais un peu plus tard, elle a été revendiquée par un groupe jihadiste basé dans le Sinaï et disant s'inspirer d'Al-Qaïda. L'opération est l'une des plus meurtrières menées contre les forces de l'ordre en Egypte depuis l'éviction du président islamiste.

Mais le coup est rude pour les autorités du Caire qui ne veulent plus entendre la voix des islamistes. Interdiction de manifester comme ils le faisaient jusqu'ici, quasi-quotidiennement, pour réclamer le retour de Morsi au pouvoir, arrestation de la plupart de ses leaders, la confrérie islamiste est maintenant considérée «hors la loi», par le gouvernement égyptien sous la houlette de l'armée. Le vice-Premier ministre Hossam Eissa a annoncé que la confrérie, vieille de 85 ans, avait été déclarée «organisation terroriste» et que «toutes ses activités étaient désormais interdites».

Les Frères musulmans rejettent la décision du gouvernement

Mais la confrérie ne désarme pas. Mercredi soir, l'un de ses dirigeants a rétorqué que les Frères musulmans allaient poursuivre ses revendications. Qualifiant d'«invalide» la décision du gouvernement de déclarer la confrérie «organisation terroriste», Ibrahim Mounir, membre du bureau de la Guidance de la confrérie, a assuré depuis l'Angleterre, où il est en exil, que «les manifestations vont continuer, c'est certain».

Dans le même temps, le gouvernement poursuit sa répression contre les partisans de l'ancien régime islamiste de Morsi, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant