Égypte : les députés islamistes provoquent la justice et l'armée

le
0
Rétablis dans leurs fonctions par le président Mohammed Morsi, ils se sont réunis symboliquement mardi.

Rapide, mais symbolique. La session parlementaire convoquée par le nouveau chef de l'État, Mohammed Morsi, a débuté mardi à 10 h 20 et n'a duré qu'une douzaine de minutes. Saad al-Katatni, président du Parlement, tout juste rétabli dans ses fonctions, dimanche par décret, a ouvert la séance. À cette occasion, il a indiqué que le président n'avait pas violé la décision de la Haute Cour constitutionnelle, la plus haute instance judiciaire du pays, en annulant la dissolution de l'Assemblée du peuple.

Votant à main levée, les députés présents - Frères musulmans et salafistes pour l'essentiel - ont approuvé la proposition de M. Katatni de solliciter la Cour de cassation sur la meilleure façon de mettre en œuvre la décision de la Haute Cour constitutionnelle. À la mi-juin, celle-ci avait déclaré un tiers des sièges de l'Assemblée invalides en raison d'un vice de forme. M. Katatni a insisté sur le fait que le Parlement était pleinement conscient de la c

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant